Le portrait qui agonise

Avant que tout ne s’efface/ On tenait le portrait à 3. Sous le verre c’était l’image de ma mère agonisante. Un portrait photographique en assez gros plan qui s’arrêtait aux épaules. Donc nous avons attendu sans qu’il y ait vraiment une tension dramatique. Nous? Je ne sais pas qui sont les deux autres personnes. A un moment j’ai tenu le cadre par derrière et il y a eu un déclic semblable à celui d’une boite que l’on ferme. Un couvercle. Elle était morte et je suis allée vérifier la photo. Les yeux étaient fermés. Fallait-il les ouvrir à nouveau?. Puis il y aurait les derniers moments de mon père. Photo qui expire de la même manière. Ne me sentais pas d’attaque pour une réédition de ce moment macabre. Me suis dit que je n’avais pas envie de porter ce cadre lourd pendant un temps qu’on ne pouvait prévoir. Des trombes d’eau.Un village. Demander mon chemin pour aller vers Amiens. Un cinema . Une foule. Y entrer ou pas. On me dit que ce n’est pas un film que l’on voit mais des sortes d’attractions. Bref..

La grande vallée est un livre que j’adore. Je ne sais pas où je l’ai trouvé à la maison. Je ne pense pas l’avoir déjà lu. J’en suis au Poney-rouge, la dernière nouvelle. La caille blanche est splendide et la fin inattendue. Celle de l’Idiot capable d’imiter les voix de tout un village incroyable. On marche dans la montagne, on sent la fraicheur du vent, les cailles picorent avec les poules, les oeufs et le lard cuisent, on va chercher du bois, il y a des ravins et de l’eau fraiche, des chevaux au loin et une selle rouge. Des salopettes de travailleur et un vieil homme porte avec lui une épée. Autre lame, celle du couteau à cran d’arrêt de ce grand garçon paresseux. Des fleurs dans un bassin où les oiseaux viennent boire, les plus beaux chrysanthèmes de la région, un fouet et un melon qu’on écrase du pied, des grenouilles et des insectes dans un seau, un oiseau dont on coupe la tête, des travailleurs.. Des ranch, Salinas, Monterey, la montagne , la montagne, un lynchage… Comme à chaque fois que j’écris je m’égare un peu et à l’instant vient de regarder ( mais il me semble que je connaissais ce travail de Ken Gonzales-Day, effacement des corps/Dead at the hands of persons unknown) au BAL peut-être.

Nous sommes rentrés de Tours Samedi et Dimanche j’ai vu avec J, M, et E l’exposition: L’invention de la Renaissance. Beaucoup d’enluminures et de gravures. ( Antonio Del Pollaiolo, Francesco Rosselli,). Très peu de monde car WE ascension. J’ai ensuite filé pour passer un petit moment chez P et A ( son anniversaire improvisé) . La semaine a repris, et je dirais, mon train train peinture . Osciller entre très grand et très petit . Au lieu de ” faire ce que j’ai à faire ” je peins et néglige d’autres choses qui m’ennuient. Labo Mardi matin -pluie , je ne trouve pas la sortie de la Gare de Lyon, ni l’entrée du labo par le parking boulevard Diderot; Dans ces cas là et avec la fatigue j’ai envie de pleurer. Manger avec plaisir un soupe au poulet croustillant rue Mazarine avant un RV étudiant au BA , une réunion aux collections, un autre RV dans un atelier. et , angoisse rentrer m’allonger 30 mn avant le diner des amis au Centre Pompidou ( je m’y traine à vrai dire sans entrain , suis crevée.) , passage au MAM pour la salle Pommereule et diner chez DH avec DP, CM, JH , A et R qui à son habitude écoute plus qu’il ne parle. J’ai sommeil . Toujours délicat de trouver le moment de clôture d’un diner. Bref youpi nous voici dans un taxi et vite dans le lit. Deux soirées dans la semaine c’est trop pour moi qui ne rêve que de m’asseoir dans la cuisine avec R, diner en bavardant et me coucher tôt. Cours de Pilates Jeudi ( il y a un cours à Argenteuil à 10 mn de l’atelier et la fille est bien ) Pas de monde . Je vais essayer de m’y tenir ( Mardi et Jeudi ) en gardant le Qi gong de maitre Liu. Expo ” Qui a peur de Bettencourt” chez Christophe, bavarder ici et là, et retour maison pour de délicieuses gambas. Aujourd’hui et demain je dois absolument travailler ( pas envie ) et préparer le Prix Matsutani, la notice pour OVNI, répondre à Caen, travailler pour le RV à Bayeux Mardi.

Revu l’atelier et prix RV avec un couvreur.

Hop il est 8h53.

Carduelis carduelis

J’ai abandonné la lecture des livres de Ludwig Hohl ( L’étrange tournant ) . C’est assez misérabiliste. Pas pour moi en ce moment. Je me suis amusée à placer dans la cage des perruches ( qui , porte ouverte peuvent voler comme elles l’entendent. La femelle sort très peu d’ailleurs, c’était la première fois hier que je la voyais perchée sur une peinture..), donc j’ai accroché la reproduction du Chardonneret de Carel Fabritius ( 1654 ) . Ca me fait rire. J’avais lu et apprécié le Chardonneret de Donna Tartt.

Départ pour Tours.Paf on décide en deux secondes Le post de GA m’a donné envie d’aller voir l’exposition , le sceptre et la quenouille. C’est une décision si soudaine que je ne préviens même pas JW. Il fait exceptionnellement beau-est-ce vrai? et je suis contente de briser un peu mon ronron maison-atelier, peinture, peinture, peinture et retour. Je ne cherche pas d’hôtel car après l’expérience Venise et son hôtel atroce, je préfère voir de mes yeux et out Booking le presque obligé!. Mais le WE de l’ascension mieux vaut prévoir. Je me gare près du musée, c’est agréable de boire un café le nez au vent, zut tous les hôtels semblent complets. J’en trouve un qui à l’air top à 25 km et dans la nature .J’aime bien ce musée des Beaux arts de Tours, son gigantesque cèdre du Liban planté en 1804 et le jardin où nous mangerons plus tard et à l’ombre une gaufre ( pas absorbé ça depuis la “foire” d’Amiens quand j’étais enfant. Immanquablement on se mettait du sucre glace partout ) , il y a peu de monde, et l’exposition Le sceptre et la quenouille est interessante ( bon un peu chapitrée/ les femmes et le mariage, les femmes et le pouvoir, bref) En fait c’est vraiment ce tableau La culotte que je voulais voir. A la fin de l’exposition, je suis déçue. Pas de tableau. Je demande. Mais si! Il est là. Assez petit et il ne me déçoit pas. 7 femmes se crêpent le chignon, et s’arrachent une culotte d’homme . C’est une oeuvre anonyme peinte par … un homme ou une femme. On ne le sait pas. 7 femmes furieuses s’arrachent une culotte d’homme. Deux d’entre-elles ont quelques gouttes de sang sur le nez, conséquence je suppose de griffures féroces. Celle de gauche va se faire arracher un oeil, c’est certain, et la femme du premier plan, jambes écartées comme une parturiante va se faire boxer. Les poings sont levés, et on a un sentiment de mouvement circulaire. 3 robes sombres, 3 claires, et des bas bleus. Tiens tiens, c’est un anachronisme mais plus tard l’a signification l’invention du terme Bas-bleu:Femme savante, d’une pédanterie ridicule. Avoir la réputation d’un bas-bleu; pérorer comme un bas-bleu; le pédantisme d’un bas-bleu . Le tableau vient de Valenciennes. Le cadre est ordinaire et il a besoin d’un petit nettoyage qui aurait pu être fait pour l’occasion. L’oeuvre devait végéter dans une réserve à mon avis.

Il y a aussi une tapisserie magnifique, un fragment plutôt ” le triomphe de la force” vers 1530, avec une amazone et Penthésilée, Thamary ( Tomyris )s reine des Massagètes, Chloris. Les détails sont somptueux. (Tomyris (parfois Thomyris, langues iraniennes orientales, Tahmirih « Brave ») est une reine légendaire des Massagètes, célèbre pour avoir mis fin au règne de Cyrus le Grand. Elle est considérée comme la dernière reine des Amazones. )

Apres une promenade dans la ville, récupérer la voiture… Hum. Elle a semble t’il été raptée par la police. Emoji de désespoir, je fais comment ? et dans ces cas là il est normal de ne plus avoir de batterie. Les sites expliquant comment ” retrouver ma voiture à Tours/ fourrière et autre mots clés” sont nuls, trop longs à lire et donnent des numéros de téléphone qui ne mènent à rien . Alors qu’il serait si simple d’ ‘indiquer sans blabla un bon numéro de téléphone et le commissariat où se rendre. Après un premier échec dans un proche bureau de police trouvé par hasard, je file au commissariat principal. Evidemment je n’ai ni mon permis ni ma carte d’identité !. Mais j’ai tout sur mon téléphone et j’ai de la chance, ça passe. Je me retourne et il y a déjà 5 personnes derrière moi. Je branche mon tel ou je peux. Ca a l’air assez simple, sauf qu’on ne trouve pas le garage où a été envoyé mon bolide. Je reste calme. On discute avec un homme dont la fille a été agressée et est entendue, là un père se plaint de non présentation de ses enfants, là c’est un cambriolage, une dame a un malaise… J’attends, j’attends, trouve le numéro du bar ou R patiente. Je le rassure. Une heure après je suis au même endroit. Puis appeler un taxi qui n’arrive pas. Discussion à propos de Simenon avec le père, évocation de Dashell Hammet etc. J’en ai marre. Ah voici le taxi . Non il n’est pas pour moi. Mais il est cool il m’embarque avec sa cliente, et à mon angoisse soudaine ” la fourrière ferme t’elle ? ” il trouve un 06 réservé aux initiés, et hop. C’est bon. Plus tard je suis victorieusement au volant de ma bien aimée automobile et pars récupérer R. Rejoindre l’hôtel en ayant peur ” que ça ne soit pas bien “. Mais c’est magnifique en pleine nature et ça fait du bien. Le service n’est pas terminé et le repas est délicieux. Un dernier verre dehors. On entend des grenouilles et des oiseaux de Nuit.

flash back

Amiens. C’est la grève au lycée. Je grimpe dans mon atelier. Temps bleu. J’ouvre la fenêtre et peins un paysage liquide, vert et bleu. Je me sens parfaitement libre. Je pense régulièrement à ce moment pâle et doux.

“Il portait une chevalière noire représentant une tête de mort”

C’était souligné ( par moi ? quand? ) en noir dans le livre ” la Dame de pique ” qui contient également d’autres nouvelles ( Les récits de Feu Ivan Petrovitch Belkine ) . Il s’agit ici de La demoiselle Paysanne. Il me semble que sont toujours délicieux les moments de lecture des auteurs russes. J’ai beaucoup aimé le passage dans le Marchand de cercueils où les défunts-clients reviennent et où danse un petit squelette. Envie de m’y replonger. Je me souviens des journées passées au bord du lac Léman à lire exclusivement de la littérature Russe ( Oblomov etc… ) et aussi à marcher en râlant car les bords du lac sont privés. . C’était en décembre et il y avait un bon feu dans le salon de l’hôtel. Nous avions passé tous les deux le 31 dans cet endroit. J’ai d’ailleurs retrouvé à ‘instant dans un Lermontov, un billet de théâtre sans doute les premières représentations de Moins deux avec R et Trintignant.

Les journées me semblent assez routinières. Pas désagréables, non, au contraire, mais grises et tristes de part la lumière et la pluie. Dernier post, 21 Avril. Ca file. il faut toujours que je réfléchisse pour savoir ce que j’ai fait! Vu la belle exposition Brancusi, une autre aux Beaux arts et dont le rez de chaussée m’a semblé plus interessant que tout l’arsenal de Venise qui décidemment est bien confus ou trop clair je me demande;

J’ai noté : Etude Lyonnaise d’un livret de l’astrologue Peter Creutzer ( 1528 ) et aussi les broderies de Jagdeep Raina. Les gravures de Goya également : ” No hay quiennos desate “1799. Plus loin-flash back – on me voit entre C et J et nous faisons toutes les trois des grimaces. Je ne reconnais pas l’endroit. Je porte un foulard à pois. Photos de la peinture en cours. Puis événement, un article m’apprend qu’hier le Moulin Rouge a perdu ses ailes !!! Les lettres M O et U on été entrainées dans la chute !!!

Voyage à Grignan. J’aime être tranquillement dans le train avec ce polar Japonais sans aucun style d’écriture notable, mais assez lisible pour qu’on ait envie de suivre les actes de ce serial killer parmi les lycéens et assister au massacre. Temps perdu . Tanpis pour moi. Descente à Valence. Pluie battante. Je déteste le Sud sous la pluie. Nougat sur le bord de la N7 , route de mes vacances d’enfant et qui sous ce ciel sombre est bien sinistre. Il faut ajouter les pompes à essence abandonnées, les lieux vides, les magasins de nougat fermés. Finie la vie de la N7. Les cafés et restaurants du bord de route, des épaves que j’aimerais bien photographier. La liste des lieux de tourisme de cette époque et qui ont fermé est immense. Je photographie La chapelle de AVJ, qui est très réussie et suis surprise de me retrouver face à la tombe de Philippe Jacottet dont j n’ai rien lu, je le confesse. Mairie, photographier les étendards , les drapeaux, regarder quelque reliquaire contenant des petits os de Madame de Sévigné et aussi une salamandre sculptée. Je passe devant l’hôtel où nous avions séjourné lors du festival de la correspondance. J’évite de m’attarder sur ce souvenir ensoleillé. J’avais, je ne sais pour quelle raison effacé de ma mémoire, le château qu’il est pourtant difficile d’oublier. Déjeuner ( le maire qui je suggère, alors qu’un os à moelle atterrit dans son assiette, d’en faire un faux reliquaire )et promenade dans la ville pour chercher ce qui semblerait le plus judicieux. Ne pas proposer un ” geste esthétique”, mais quelque chose qui pourrait avoir existé depuis longtemps et qu’on n’aurait pas vu. Un portail peut-être, une grille. Donc pas une sculpture. Celle de la Marquise, assise une plume à la main , couettes à anglaises au vent / Marie de Rabutin Chantal /est aussi une fontaine à têtes de lions . En parlant de ” genre sculptures ” quelle horreur que ces machins en forme de sportifs que l’on croise. Il y a les horreurs de l’Assemblée nationale mais aussi celles qu’on a placées pour les jeux olympiques à Jaures ou dans le secteur. Affreux.

Je regarde des images du Théâtre des pantins de Jarry- avec Bonnard… Tiens quelqu’un fait des vocalises. Dimanche dernier je terminais de céramiques et passais devant une tente derrière un tas d’immondices à Barbes. Ma collection de ” vases” s’agrandit. Puis la semaine a recommencé, se lever tôt, partir à Argenteuil, travailler avec la radio, passer chez D. M’endormir, peindre à nouveaux et ne pas trop négliger les oiseaux. Exposition Brancusi Mardi. Magnifique; Je ne sais pas quel est cet événement au Centre, il y a du monde partout, des petits stands pour se restaurer. L’ambiance est plutôt sympathique. Et puis Mercredi et puis Jeudi et puis Vendredi , muguet inclus ; Et oui la pluie et puis la monotonie et puis le spectacle de Jean. Découverte des tableaux brodés de Mary Linwood . C’est juste incroyable. Un lion menaçant… Je cueille sur le chemin vers l’atelier des herbes dont je fais des bouquets qui me semblent très beaux. Je les partage avec les oiseaux qui me semblent plus heureux dans cette verdure. Je crois sentir l’aneth. A la maison R. achète des pivoines qui palissent à mesure que leur fin approche. Il ne faut pas bouger le vase car comme dans la peinture de l’Accademia où l’on voit un jeune homme triste, les pétales tomberaient. Ici pas de lézard cependant.

Venise.

C’est plutôt de Cosme Tura que j’ai envie d’entendre parler! Et j’aimerais aller à Venise une semaine hors biennale, louer un truc qui soit BEAU.

Il a fait froid à Venise puis beau puis vent puis froid; Partis à 3 par l’avion du matin ( partir à 5h de la maison ouille ouille ). Un taxi, et ça c’est vraiment magique d’arriver le vent dans le nez , c’est trop beau. On dépose nos affaires à l’hôtel ( qui se révélera épouvantable , honteux.) Bref . Oublions ce qui chagrine. C’est parti. Spirito Santo. On est dans ce coin. J’aime beaucoup et pour le moment il n’y a personne. J’aurais bien aimé être dans les rues au moment du Covid. Avant toute chose un cappuccino et on verra. C’est vraiment délicieux d’être là . Cocteau? Va pour Cocteau à la fondation Guggenheim. L’exposition n’est pas fameuse, ne parle pas de grand chose, ne parle pas beaucoup de celui qui ” devait étonner”. Cocteau c’est pour moi le cinéma, les notes et les dessins: gribouillis, caricatures mais pas ceux que l’on connait et que je déteste genre chapelle de Vence. Mais c’est surtout un électron assez génial, agaçant au possible, mondain, un inventeur de formules qui , si elles irritent parfois, sont incroyablement trouvées. J’ai je ne sais où des petits morceaux de papier peint que j’avais arrachés dans la maison à Milly la forêt.Reliques ( ce que le papier peint a vu encore une fois… ) J’avais aussi fait des photos assez ordinaires des chambres ( papier léopard, papier à petites fleurs, fresque représentant le chateau voisin, boite à lettre, carrelage. Jardin. Tout cela est devenu Musée. C’est DP qui m’avait emmenée. J’aurais dû y aller avant. J’aime bien cette fondation, je souris en regardant la tête de lit inventée par Calder, et m’intéresse beaucoup aux photos des expositions de la Galerie Art of this Century. Les “scénographies” et inventions sont surprenantes. Regarder le canal, s’asseoir un moment dehors et s’amuser à faire quelques photos assis sur le grand fauteuil de pierre. Direction Pierre Huyghe à la Dogana. Magnifique exposition. Je crois que de ces 3 jours je ne veux que me souvenir de cela. On y reste un bon moment. Flemme d’en parler mais ce que j peux dire c’est qu’être là, incite au silence et silence il y a. Le personnage singe avec masque est inquiétant. On ne se lasse pas de regarder ses déambulations dans la maison abandonnée de Fukushima. Direction l’hôtel. On déjeune là et c’est pas terrible. On cherche sur les courgettes le parmesan, que je suis obligée de réclamer et il n’est pas bon. Opération chambre . Misère. Donc je me tais. Je ne sais plus ce que l’on fait et où on va. Vers les jardins pour le truc Art Basel. J’éprouve depuis la chambre comme une angoisse, réminiscence d’endroits dont l’odeur, enfant, m’indisposait car déclenchait une crise d’asthme. Je n’ai pas prévu cela et mêmes je ne ressens pas de signes avant coureurs, ça me rappelle ces temps pénibles. Ensuite avec C on abandonnera AL pour aller En face à la soirée FP. Magnifique, exceptionnel, beau, nuit, élégance. I Muvrini chantent lorsqu’on arrive ils sont au moins 60. Des délicieuses choses à regarder et même à manger partout. Mais angoissée encore, je ne mange presque rien de ces délices. On parlotte ici et là, et on s’assied à la table de MP, ORC, ES. C’est agréable, et il n’y a pas là les caricatures qu’on croisera plus tard ( genre artiste ( pour les artistes mais aussi les satellites qui veulent faire artistes ) , avec tellement d’application à se rendre “original” que s’en est pathétique. Le lendemain j’envoie régulièrement à M des photos de gens: grosse chose cachée sous un manteau léopard et qui dort à Orly, homme à cape qui ressemblerait presque à un personnage désuet de Fellini, Français ” à l’aise ” avec son chapeau leopard et son tee short-cible. Il tente d’être jeune en se dandinant écouteurs aux oreilles. Application vestimentaire un peu partout, de la chaussure à énorme boucle dorée, à l’hideuse robe genre peinte à la main, en passant par je ne sais quoi tant ça me fatigue. Parfois noir elle et lui/ milieu de l’Art. L’Arsenal, puis le pavillon central. L’Italie d’extrême droite doit frémir de ne voir que des oeuvres non-occidentales. Ca c’est le point positif !!! Le problème est de savoir si l’on montre des oeuvres parce qu’elles sont disons “bonnes ” tout simplement, ou si elles sont présentées quelque soit leur qualité car elle ne témoignent que de la particularité de leurs auteurs ( ethnies, genre etc… ) . On en a parlé beaucoup. Moi je me suis plutôt un peu ennuyée à voir des expressions ” naïves ” et des techniques artisanales. Il est évident qu’il faut enfin montrer en Europe ce qui a toujours été mis de côté ou négligé. Mais qu’un artiste pose en costume disons ” folklorique” devant une oeuvre, là j’ai du mal. Car j’ai l’impression que nous y revoilà ( c’est à dire qu’on revient à la case départ-expositions coloniales, pittoresque et folklore. et Dieu sait si j’aime les costumes, le folklore justement, les oeuvres anonymes et votives etc… et tout ce qui n’est pas désigné comme art ). Donc à voir cette femme folklorique j’ai eu le souvenir de Masai qui sautent avec leurs lances devant des touristes descendus d’un car . Vu ça au Kenya. Quelques belles choses bien sur ( deux peintres/ Dalton Paula et ?? ) et Aloyse et ces oeuvres blanches à petit signes dessinés Romany Eveleigh. Je n’ai pas noté les noms de ce que j’ai aimé, me suis étonnée de voir de Pisis ( comme dirait EG de Pizzeria ) La section italienne est d’ailleurs vieillotte. Oui pourquoi de Pisis? E nous appelle pour nous dir qu’il a été le premier à faire son coming out. C’est une raison suffisante ça? Bon et puis je m’en fiche. Pavillon Belge oui, pavillon Français pas trop, pavillon suisse oui oui et ouf un peu de drôlerie et d’insolence, Allemagne oui, Angleterre chiant, Georgie oui oui oui :

The Art of Seeing—States of Astronomy showcases 65 Maximiliana or the Illegal Practice of Astronomy, a 1964 work by Georgian artist, poet and editor Ilia Zdanevich (1894–1975) and Max Ernst (1891–1976), along with its related archives. The art book is dedicated to Wilhelm Ernst Tempel (1821–1889), a German astronomer and lithographer, known for his unconventional, sensual approach to astronomy, who was overlooked by contemporaries due to his lack of academic training.

Aux beaux arts de Venise grande installation video 3D spectaculaire et extrêmement bien réalisée mais m’en fiche.

ET bien sur Venise c’est visiter encore et encore l’Accademia. En plus très belle expo de Kooning ;

Retour et arrivée à la maison à plus de minuit.

Hier Samedi beau moment chez Hauser avec le danseur Japonais /Kenta Kojiri ‘Stillness in Motion’.

Puis diner au restaurant géorgien. Très bon, mais quelle idée d’y aller un Samedi soir. Hyper bruyant. Parfois je remarque bien qu’à présent on est les plus vieux !!! C’est bizarre et pas forcément agréable !!!!

Mais avant Venise j’avais travaillé à l’atelier, peint comme ci comme ça mais plutôt avec plaisir, oublié le massage chez Aki, repris le Tai Chi-hier . On s’en fiche. Pied mieux c’est certain mais j’ai l’impression que les genoux commencent à se faire sentir. Old Old OLD

PS je rajoute que j’ai été très impressionnée par le tableau étrange ” LA colère” de Dosso Dossi/à la fondation Cini. Wiki:

L’œuvre, une représentation allégorique de la Colère, a un format de losange inhabituel qui montre deux femmes parlant violemment. L’une porte un voile jaune/orange et attrape l’autre par le cou ; elle est vêtue d’un large corsage rouge brodé de noir, attribut typique de la Colère, et a une guirlande de petites fleurs ornant sa tête. La seconde attrape sa rivale par la mâchoire et tire ses cheveux à travers le voile. Divers éléments, tels que la mousse à la bouche, les yeux rouges et les visages gonflés font référence à l’humeur sanguine, la plus facile à mettre en colère.Deux autres figures masculines se trouvent à gauche : un garçon qui s’arrache les cheveux, geste typique des personnifications de la Colère, et un autre qui rit dans le dos des femmes, symbole de la Méchanceté. Au premier plan, sur une pierre pâle, un verre renversé et un pain brisé, peut-être une référence au tumulte provoqué par la colère.

Soleil / un peu /enfin

Par hasard on est arrivés dans le café et quelque chose s’y préparait. Une soirée, un repas? J’ai aperçu le chanteur qui n’était pas tombé du nid. C. était là . J’avais RV à 21 h donc je n’ai assisté qu’aux prémices. Juste le temps de croire qu’on est dans la province profonde un Samedi soir. Le chanteur porte une chevalière aussi brillante que les boutons de son blazer bleu… Bleu comment? Pâle. Oui mais encore? Et bien un bleu qui n’existe pas, sauf peut-être celui qui serait porté par le témoin endimanché dans un mariage ordinaire.A l’arrière une autre veste dans une housse est suspendue. Plus sombre. Bleu nuit disons avec des paillettes. Chansons françaises assez ennuyeuses et de toutes façons je devais abandonner la partie, laisser la fille au sweat Bardot, la dame au béret qui embrassait les chiens, laisser les chiens qui léchaient sur le bar la femme au béret. Vite fait du Poulet grillé avec du piment.

Mercredi direction l’Aigle et nous avons poursuivi l’inventaire. Assez pénible / il ne fait pas chaud et nous sommes sans vue sur l’extérieur avec des néons comme seule lumière. mais sympathique . Peinture régulière . Je ne sais plus où j’en suis dans le temps. Oui retour Vendredi . Je suis restée à Paris pour faire des recherches concernant la tapisserie de Bayeux, hop texte envoyé. RV avec C. pour discuter . Virement. Il me montre des documents ( photos, lettres etc) de Molinier etCAstelli ) Samedi vernissage de la très belle exposition Matsutani chez H&W et je m’installe dans un bureau pour lire, échappant ainsi aux conversations. restaurant Japonais délicieux, on ne s’entend pas. Ma voisine de droite m’ennuie un peu et le Monsieur à ma gauche ne présage rien de bon. Erreur! Finalement on a bien ri car il fallait bien faire quelque chose!. Somme toute c’était un diner agréable. Je suis rentrée à pieds en croisant des sacs de couchage allongés, et en me sentant un peu coupable du luxe que je venais de quitter. Dimanche jour de céramique comme ce le sera tout à l’heure. Cette nuit je me suis penchée sur un précipice pour attraper devant les Beaux-arts deux bouteilles de champagne qui étaient recouvertes de sucre en poudre puis j’ai demandé mon chemin jusqu’à la gare Saint Lazare. Cette semaine encore l’inventaire et l’atelier. Vendredi et hier peinture. D. ma passé MT Walter et Picasso, biographie d’une relation. Aucun intérêt à mon sens . Je m’arrête à la page 186 . Perte de temps. J’ai lu aussi l’Ascension de Ludwig Hohl. Décevant et assez ennuyeux ( même si indéniablement c’est une écriture particulière, très ramassée, presque désincarnée ) s’il en reste ” quelque chose”. J’ai par contre bien aimé la nouvelle Le petit cheval. Ce que je perçois c’est un ton assez misérabiliste ( malheur, solitude, faim, artistes etc… ) J’ai aussi terminé un polar concernant la fin du Reich . M’en souviens déjà plus. Ah si , un SS non nazi et sa fiancée juive etc… J’oublie à chaque fois le Lampedusa à l’atelier ( atelier qui dès qu’il y a du soleil est bien chaud et la terrasse aussi ) .

Mercredi : Venise jusqu’à Samedi. Il n’est pas dit en cas de beau temps qu’il faille plutôt me chercher au Lido plutôt que dans les expos !!!

Rosace

Alors que je fais des recherches dans le domaine Médiéval, je vois cette rosace qui me ramène il y a bien longtemps: Amiens/ elle est assise sur mes genoux. A ma suite, elle s’applique à dessiner une rosace avec des crayons de couleur . Elle se tourne vers moi et me dis: —Tu sais tante Bille, je suis toujours contente. Tu n’as jamais dessiné d’autres rosaces.Tu as traversé la rue devant ton école et une voiture t’a percutée. Je pense à toi souvent qui serais aujourd’hui une jeune femme montrant à son enfant comment faire une rosace…

dimanche

La fondation Vuitton est un endroit épouvantable. Je ne parle pas de l’apparence extérieure. Pourquoi pas cette sculpture posée là. Mais l’intérieur et ses salles d’expositions, ses escalators, escaliers… R. regarde “les détails architecturaux” et râle. Il est vrai que tous ces matériaux, formes, ajouts sont en adéquation avec le monde capitaliste qui les ont fait naitre. La boursouflure.

Nous sommes arrivés dans la première salle de l’exposition Rothko en riant car dès l’entrée de la Fondation on s’esclaffait puisque de la poche de R. s’échappait la petite fumée d’un mégot mal éteint qu’il n’avait pas voulu jeter par terre. Ensuite dans l’Escalator affreux je lui ai collé un poisson dans le dos ( vieille tradition perdue que celle d’accrocher dans le dos de sa victime un poisson dessiné et découpé ) . Donc on était de bonne humeur avec V et P et aussi les gens qui souriaient. Quelqu’un m’a demandé si R. était Schemetov. J’ai répondu qu’il était tout à la fois Laurent Terzieff, Giacometti, Johnny, qui encore?? C’est incroyable. Le meilleur fut au Musée Picasso quand quelqu’un lui demanda pendant un vernissage: _Vous êtes l’artiste? On en rit encore. Bref, comme je n’ai pas le temps, qu’il est déjà 8h20 et que je dois filer aux beaux-arts je voulais dire que j’ai trouvé cette expo affreuse. Eclairage épouvantable, accrochage par le milieu, bon ça encore. Petites salles biscornues , heureusement grandes pièces tristes comme des salles de réunion pour actionnaires d’une BNP géante.Il y a des oeuvres magnifiques, beaucoup que je n’avais jamais vues ( début ). Mais quand on les a contemplées chez Bayeler avec une lumière naturelle c’est STOP. On aura compris que ce sont les espaces qui me rendent grognon. Comme d’habitude, trop d’oeuvres je pense, et surtout la dernière salle grise et noire . Apres on est tassés en face de l’ascenseur pour voir ce que je n’ai pas vu. LA maquette de La Chapelle de Houston.

Karamel beauty

C’est un plaisir de raconter des ennuis passés ( proverbe Yiddish )

Il y avait un neon dans la nuit de Clichy qui disait Karamel Beauty, un salon de bronzage! Je croyais que ça n’existait plus ce genre de truc, tout comme ont disparu ces mini boutiques qui vous assuraient les dents blanches. Pfff plein , puis Pffff plus rien. On a ri . Nous rentrions du spectacle May B de Maguy Marin, au Théâtre de Genevilliers . 40 ans que je voulais voir ça. Et enfin c’était sous mes yeux. Pas tellement vieilli. 15 mn de trop à mon sens. Mais ce qui ne marche plus selon moi c’est le son. On a la sensation, et c’est une réalité de passer de la plage 1 à la plage 2 etc d’un CD qui n’existe plus. La musique des Gilles de Binche m’a toujours enthousiasmée. Mais.. Donc c’est de la musique sur un spectacle et pas un travail sonore qui pourrait se repenser me semble t’il. Bon. Suis toujours un peu perdue dans le temps. Est ce Dimanche soir dernier que l’on est allés à Belleville manger au Vietnamien , mon ancienne cantine qui a triplé en surface. Avant on a bu un verre à la Vielleuse et vérifié que le miroir brisé était toujours là. C’était amusant de changer de quartier et de regarder les gens: un homme qui ouvrait son portefeuille et embrassait le petit portrait photographié d’une femme. il est venu nous en parler comme si on était de vieilles connaissances, puis un couple est entré assez Hot pourrait on dire et l’activité qu’ils allaient exercer dans l’heure à venir était assez évidente. Tout cela a eu lieu il y a15 jours. Zut alors. Déjà. Mes chaussures se sont démultipliées dans le miroir du bar et cela a fait de moi la réincarnation du grand nu descendant l’escalier. A ce propos ma dernière peinture s’appelle Grand nu remontant l’escalier. A voir certaine peinture j’ai effectivement l’impression qu’on ” rembobine ” et qu’on revient au 19 eme siècle sans pour autant être Bonnard ou un Nabi, ou Manet ou Courbet ! . J’ai fait une photo qui est le néon rouge du bar Le Zorba rue du faubourg du temple. Les néons les plus drôles en matière artistique sont ceux que j’ai vus hier à Metz. 9 carrés qui définissent des figures géométriques disant à un moment donné CON et NON et je ne sais plus. Morellet bien sûr dans l’exposition Lacan. Le Lundi 19 Mars à 9h 16 -Où étais-je-je n’ai pas le souvenir d’avoir enregistré cette peinture de Richter ( sans doute dans un catalogue de vente ) On voit ce qui me semble être deux policiers qui portent un cercueil et sur le côté gauche il y a le profil d’un homme . Il porte un chapeau et parle ou plutôt dit des chiffres écrits dans une bulle. 1962. Sargträger qui signifie à la fois cercueil et croque-mort. En cherchant le tableau j’écoute une archive de 2011 je crois, sais plus, concernant une de ses expositions. L’image qui suit est violette et c’est la couverture du livre de Sepulveda: Le vieux qui lisait des romans d’amour. C’est d’une lecture plaisante. A nouveau un plateau s’est cassé à la troisième cuisson . Zut. J’ai aussi photographié des bestioles très bizarres ,des sortes de grenouilles et crapauds noirs dégoutants. Les Grumpy- faces amphibians . Ensuite une citation d’Annie Lebrun envoyée je crois par CG:

“Méprisant depuis toujours les maitres qui ont des moeurs d’esclaves comme les esclaves impatients de se glisser dans la peau des maitres, j’avoue que les affrontements habituels entre les hommes et les femmes ne m’ont guère préoccupée. Ma sympathie va plutôt à ceux qui désertent les rôles que la société avait préparés pour eux ” .

Passage rapide à la Bourse du commerce pour le vernissage ( je revois avec plaisir l’impressionnante installation de Sun Yuan et Peng Yu 2007 Old People’s home ) .On déambule au milieu de vieux dignitaires, généraux, popes, plus vieux que vieux dans leur fauteuil électrique. Il y a une peinture de Kippenberger que j’aime bien et toujours Fischli et Weiss, entr’autres.( General Idea,.. ) On file au Jeu de Paume pour ” le diner des amis”. J’y vais à reculons mais la table est sympa et on ri beaucoup. ( le dessert en chocolat est une sorte de grosse boule qui renferme une glace je crois. C’est moche. J’attrappe au vol mon cadeau= Chanel N°5 et Hop dans le métro? C’est fait !

Photo de l’atelier puis une monnaie d’Alexandre biscornu ( Alexandre le grand en Syriaque ), d’où sort il celui là. D’une boite de documents dans mon atelier? C’est possible … , un costume traditionnel Bulgare avec des cloches et des miroirs. Ma peinture ” l’Historien d’art, en cours “, une pub pour un pull à manches longues bleu marine qui me plait, une critique du Berenice de Castellucci, ma tasse à café à côté des Echos à la BNP où j’avais RV, catalogue Lacan, l’adresse de la galerie Goodman, ah oui j’ai vu l’exposition Annette Messager, bon, ça ne me passionne pas.C’est beau, l’exposition est belle mais quoi. Puis le sous sol avec l’ampoule et l’oiseau empaillé. Vu Dezeuze chez Templon ( j’avais écrit Tampon ) , là à mon sens c’est carrément la cata. Soleil. Il fait super beau et chaud, on se traine avec CR jusqu’à l’Orangerie pour voir Ryman que j’aime beaucoup. Mais l’exposition est moche, il y a trop de tableaux ou plutôt pas assez d’espace… Et c’est chapitré avec des grandes lettres ( en plus ) et du texte ( en plus). Alors que je me penche pour voir la matière de près, ça sonne alors hop je me remets bien droite et tente à nouveau une approche: Re-sonnerie. C qui me regarde rit et je continue ce micro ballet à la Keaton jusqu’au moment où un jeune gardien vient me gronder. Je regarde les gens. Certains nous font rire. La fin de l’expo avec 3 cathédrales de Monet c’est un peu lourd. Mais c’est vraiment de la peinture qui me donne envie de peindre. Drawing now, brocante dessin dirait on; c’est moche, il y trop de monde, on embrasse VS qui montre de beaux dessins sur son stand et on file. On dine à la maison et C dort là car elle enregistre le lendemain sa critique Ryman, justement. Dans la cuisine on en parle avec R. presque toute la soirée . Reçu le Professeur et la sirène de Lampedusa ( j’aime bien les dessins, les plans plutôt à l’intérieur ). On m’envoie une photo de P et A du Repenti qui posent toutes les deux en présentant le Art Press avec moi en couverture !

Atelier et expo Helion. Dans la file je parlotte avec BM qui me saoule en ne parlassant que de lui. Je rencontre avec plaisir la fraichement veuve de Francis Limerat qui fut mon professeur à Amiens quand j’avais 18 ans et que j’aimais beaucoup. Hélion c’est assez difficile à mes yeux mais ça m’intéresse. Il y a de belles saloperies aussi vers la fin. ( et parfois au milieu et parfois au début !!!! ) Toujours trop je trouve. Les expositions sont usantes. J. vient le 22 Mars que je crois être le jour 1 du printemps et peint. C’est une ancienne étudiante et elle y reviendra le WE. J’enregistre des photos des vases Sainte Radegonde de Asch que j’aime beaucoup ( je regrette de ne pas avoir acheté celui trouvé à Saint Bonnet le Chateau à la brocante. Il était ébréché et il ne coutait rien. Je ne savais pas que ça pouvait se restaurer. Salon du dessin dimanche dernier. Contrairement à Drawing now, c’est très bien et lisible. Stands un peu petits mais tous identiques. C’est pas mal; Felix Valloton, Enrico Albricci, Helion, Michaux,Francesco Revesla et son portrait phallique, des magnifiques dessins de petits maitres , et des miniatures indiennes. Céramique Lundi avant de courir à Argenteuil pour le RV avec ORC. qui m’offre un livre de Robert Menasse auteur autrichien que je ne connais pas. Article à propos de Jim Shaw ( The electronic Monster and 13 ghosts ), Claude Gillot, photographie dans la rue l’affiche Wild God de Nick Cave et les Bad seeds… Photos d’un film de série B dont j’ignore le nom. Il y a des figurines qui sans doutes vont être transpercées d’aiguilles … En buvant un verre au Bar de la Cantine, on se dit en même temps que ce truc bizarre ( une sorte de four d’environ 50 cm de large et qui diffuse une lumière blanche et glaciale pourrait être une scénographie, de Castelucci par exemple ( Avais vu ce genre de truc chez Nordet me semble t’il ) . Oui glacial, neon, vide. en fait c’est un frigo à RedBull, objet inutile par excellence et en l’occurence vide comme un jour de relâche. Mais c’est beau je trouve et mystérieux même si un peu Morgue atmosphère. Je filme . Gravures de chez Hogier( John Bulwer’s Chirologie ou le langage naturel de la main 1644… )….Visite de l’atelier 2. Travail toute la semaine. Pluie et triste. Hier Samedi journée à Pompidou Metz Lacan et Masson. Demain Rothko. Aujourd’hui rien fait. Vu Le maitre des Ténèbres de Carpenter et lu un peu de l’énorme Horcynus Orca ( Plus plus tard)Bon, allez me bouger un peu et accueillir MM qui vient avec la bouffe !

texte / courrier / Nabokov / énervée

Je trouve ceci en cherchant une photo de Nabokov:
 (…) les souvenirs fondent au loin ou bien acquièrent un éclat mortel de telle sorte qu’au lieu de merveilleuses apparitions nous n’avons en main qu’un éventail de cartes postales illustrées. »

Bonjour !Pardon d’avoir tardé à vous répondre et à vous remercier de ce  petit texte comme vous dites !!!. Pas si petit le truc !!!!Si journalistes et critiques avaient la même singularité d’approche, et rigueur quant à la lecture des tableaux  on serait contents!! Donc pas de douleur ! Je suis toujours étonnée de ce que l’on peut écrire sur ce que j’ai peint, moi qui n’y voit rien pourrait on dire. Car contrairement aux autres je suis la seule à ne pouvoir profiter du paysage . A vrai dire je ne comprends pas grand chose à ces formes nées de je ne sais quel chaos et ne peux que reconnaitre des emprunts , des citations, des hasards  et leur assemblage. Et ainsi ne proposer malheureusement qu’une visite guidée qui serait bien pauvre !!!.  J’aime bien l’idée du pèlerin ( comme celle de l’ermite ) qui tous deux voyagent différemment. Des fêtes galantes, de l’empoisonnement  Quant au Japon hum hum je souris en constatant que vous le voyez. J’ ai une connaissance si rudimentaire de l’Orient ! Fascination pour le Kabuki dont je ne sais pas grand chose ( scène panoramique,  costumes   maquillage et …  codes  ) mais qui m’a tant impressionnée la seule fois où je suis allée à Tokyo ( impressionnée aussi par des damiers qu’il me semblait voir partout + tentative d’apprentissage de la langue qui a bien résisté 3 mois avant d’abandonner ! )Je ne crois pas faire de proposition artistique, si? Ou proposition tout court? … Les images de Nabokov chassant les papillons depuis l’enfance  m’ont davantage marquée que ses écrits je dois dire. Merci beaucoup donc de votre attention  et de votre regard. Bien à vousLND

Quand internet déraille ça me rend dingue et quand j’ai trois papiers à remplir c’est pareil. L’horreur.

Mais la vraie horreur c’était ce matin. J’avais décidé de retourner au Qi Gong de Maitre Liu . Je suis donc rentrée d’un bon pas ( encore cassé..) dans le gymnase et là c’était très inattendu, très brutal de me retrouver dans un dortoir. Pas de barres ou de poutre ou de trapèze. pas d’anneaux . Pas de tapis de danse ou de gymnastique . Plus de tout ce matériel d’entrainement qui préparera certains pour de futurs jeux Olympiques.Au réveil j’avais justement lu dans Libération, le nettoyage avant les jeux c’est à dire pousser un peu plus loins les pauvres, les plus rien… Ca ne remontait pas beaucoup le moral de lire que pour cette manifestation des gens modestes, des étudiants, des Sdf allait être poussés et cachés comme des poussières sous un tapis, pour faire une belle ville Potemkine. . A vue de nez et d’oeil plus de 150 personnes allongées en rang d’oignon dans le gymnase. Des personnes? Oui mais à y bien regarder des très jeunes hommes noirs. Un silence écrasant. Un ordre impeccable de sacs de couchages identiques, bleus, sur des lits de camp. Personne ne parle c’est cela qui est très étrange et qui donne une sensation ( et ce n’est pas une sensation ) de tristesse. J’en ai encore les larmes aux yeux; larmes que j’ai difficilement retenues en demandant au pompier gardien ce qu’il se passait. Ca m’a plombée pour la journée. X m’a ouvert la porte du café qui était encore fermé à côté die la Cigale. C’était bizarre ce café désert, au baPas sortie, la pluie qui est revenue et peu de lumière alors qu’hier c’était le vrai printemps.

La vie dans la Chimie

Le dimanche, depuis le pied cassé est devenu jour de lecture ou jour de flemme. Et visionnage d’un film. J’ai terminé cette semaine le guépard que j’ai commandé en Italien et aussi dans une autre traduction de celle de Manganaro. Interessantes ses notes de traduction. Et réellement magique ce livre qu’on a envie de recommencer dès qu’on en a achevé la lecture. Commencé Le système périodique de Primo Levi. C’est un tout petit peu rébarbatif au début et étonnant aussi ces chapitres qui ont pour nom: Argon, zinc, fer, etc. Hébreu, Montée du Nazisme, mines, chimie, expériences, ami tué, alpinisme, Turin, et mission secrète… Entrailles de la terre et amiante, promenades nocturnes et anonymat. Nickel. J’en suis là.

Pour que la roue tourne, pour que la vie vive, les impuretés sont nécessaires, et les impuretés des impuretés: même dans la terre, comme on le sait, si l’on veut qu’elle soit fertile, il faut le désaccord, le different, le grain de sel et de séné; le fascisme n’en veut pas, il les interdit, et c’est pour cela que tu n’es pas pareil. La vertu immaculée n’existe pas non plus , ou si elle existe elle est détestable. / Zinc p 41

Céramique / radio du pied. Je précise que c’est le gauche alors pourquoi faire aussi le droit qui n’a rien???

Une dame est devant moi dans la rue. Elle porte dans les cheveux un truc qui ressemble à un papillon , une plume, je ne sais pas et en la dépassant je lui dis que ça me met de bonne humeur cette petite chose/ C’est un oiseau précise t’elle ! Ah encore mieux lui dis-je. Notre micro conversation s’arrête là; je poursuis mon chemin.

Ce soir Bourse du commerce puis diner des amis du Jeu de Paume. Youpi.

La nuit des géants

Selim Sasson journaliste

Cette nuit sorte de cauchemar. Jean François Debord ( qui fut professeur de morphologie aux Beaux-arts et qui est ma bête noire, enfin ma vieille bête noire ),donc JFD était une sorte de Frankenstein ( le monstre pas le savant ) hybridé avec un géant de Barcelone ou de Douai. ( J’i été il y peu de temps si étonnée à Barcelone de les apercevoir dans la perspective d’une rue et fascinée en les regardant tourner sur eux même ) Oublions ce personnage qui rôdait dans la maison d’Amiens puis était accompagné par une géante anonyme. Dans le même rêve j’ai retrouvé mes écouteurs dans la poche arrière d’un de mes rares Jeans. On ne parle jamais de mes écouteurs égarés et au réveil, R me demande: Au fait , tu les as retrouvés tes écouteurs ? Il y a quand même des choses étranges. Travail encore à A, peinture grisou encore, tentative de tout petits formats ( c’est dur ). Peinture dite abstraite. C’est amusant, moi qui ai toujours peint disons “lisse ” je prends de plus en plus de plaisir à un peu de matière. J’ai terminé THEY COME BACK, terminé un papier de cet été qui, à la relecture était insuffisant, fini la grande peinture ou apparait le personnage de Magritte avec sa jambe de bois ( Jean Marie ). En cherchant pourquoi Jean-Marie ou plutôt : Qui est JM, je trouve une interview de Marien et l’histoire des faux billets et du faux tract. Il dit que le surréalisme c’est provoquer des effets poétiques. Voilà. C’est bien pour cela que le surréalisme si bien sur s’ il m’intéresse ne me passionne pas plus que cela. J’arrive par la voie du web, chez Dali et je ris tout d’abord de la mise en scène de cet interview: L’interviewer à l’arrière, Dali au premier plan mais les deux regardant dans le même sens. Je pouffe parfois de rire:La verité c’est exactement la télévision liquide , le mystère c’est le contraire de la vérité donc c’est de la télévision solide . Bref du coup Jean-Marie a disparu et je n’en sais, pas davantage sur cet unijambiste à grand nez, jambe de bois et sac sur le dos suivi par une poule sur fond écossais orange.

8h42

Aujourd’hui c’est le dernier jour . Voilà .

J’ai visité par hasard un local à A . Pas mal. Pas mal . Hum hum.

Fantômes/sidérations

Suite à la Master Class de Smith à sciences Po, je regarde ( je commence à regarder ) un film qu’il a cité. il s’agit de GHOST DANCE de KenMcMullen 1983. On comprend donc bien cette influence de Derrida , et la préoccupation quant aux fantômes, la technologie qui rendrait les fantômes plus nombreux etc: Cinéma +psychanalyse= science du fantôme. Je souris car c’est un film dans la lignée Rivette, Rohmer etc et si j’osais je dirais dans la lignée des films assez ennuyeux même si on en perçois la qualité et l’intérêt. Des films intellectuels, des sortes de manifestes. Ce qui me surprend ici c’est que nous sommes en 1983 -je suis à Rome à ce moment là- et que je ne sais rien de tout cela. Discutant l’autre jour avec AB qui a mon âge j’avais l’impression de ne pas avoir vécu la même époque. Pour moi jamais au Palace, jamais aux Bains douches, pas de concerts, pas de Bus Palladium, pas de 120 nuits pas de punk, pas de drogue. Ca me fait sourire à vrai dire. Et à Rome on devait vivre à peu près la même chose je suppose mais idem j’étais dans ma tour d’ivoire à la villa M. Bref je pense à Pascale Ogier et trouve aussi le nom de Benjamin Baltimore. Lui je m’en souviens rencontré chez M. Il me semblait que ce petit groupe qui allait aux bains douches était la fine fleur d’une jeunesse bourgeoise et dorée. Friquée quoi. C’est marrant que je n’ai jamais eu cette curiosité. Et pas le fric non plus !!!!

Hier atelier. Je barbouille des saloperies grises, puis RV chez l’avocate pour C. Ensuite R. nous prépare une omelette délicieuse. On avait envie d’une pizza mais c’est trop long. Tout est long, il faut toujours attendre, réserver. Improviser devient difficile. Pris des places pour Rothko et aussi pour May B que je rêve de voir depuis longtemps. Tel avec Severine, Isa pour commencer à parler de l’expo à la Fondation.

les oiseaux sont étranges

J’avais laissée la porte de la cage ouverte et c’était volontaire. Le mâle n’est sorti que bien longtemps après. Quant à la femelle , même en ce jour de 8 Mars , elle est restée à l’intérieur probablement occupée à des travaux domestiques. J’ai mis le gros bouquet de fleurs (gentiment offert par l’équipe H&W lors de leur visite il y a deux jours ) près de la cage, prélevé quelques feuillages et c’est magnifique ces oiseaux dans les roses à peine écloses, et si je connaissais le nom d’au moins deux fleurs je ne me priverais pas. Hélas, il me faudrait le secours de A. ( es tu rentrée,,,). Le pied se rafistole mais je garde la canne, qui à vrai dire est davantage un support psychologique , mais aussi donne des idées peu charitables, comme celle de taper les gens tant ils sont insupportables et égoïstes. Le 7 également, le matin il y a eu la visite de la Fondation Cartier et de la nouvelle directrice du Fonds Maciet. J’ai réservé le train pour aller voir l’exposition Lacan. Je vois également qu’au Louvre Lens il y a Mondes souterrains qui a l’air interessant. 

Le rêve de cette nuit était particulièrement angoissant car plus vrai que vrai j’y étais victime d’une erreur judiciaire. La preuve du je ne sais quoi dont j’étais coupable et que j’avais couru. Je m’entends hurler ” Je n’ai pas couru, j’ai le pied cassé, je ne peux pas courir “mais personne n’a voulu m’entendre. Mon frère essayait de me rassurer, et un gardien en souriant m’a dit: j’ai de bonnes nouvelles et m’a annoncé une saloperie. J’ai voulu aller au coin chez D et C mais tout était fermé et me suis sentie sans refuge.

Hier matin, comme d’habitude elle promenait son gobelet en plastique ( genre pour se rincer les dents ). La pauvre Aisha était dévastée et triste et surtout extrêmement saoule. C’est avec du mousseux je crois qu’elle tente de changer la réalité. C’est triste. Elle m’a montré qu’elle avait perdu les dents de devant. C’est d’une tristesse. Elle s’accrochait et je l’ai prise dans mes bras. Elle m’a embrassé la joue. Cette toute petite chose que je vois déjà morte, ce petit corps malheureux vraiment … Que faire. Il y a aussi un gars totalement abruti d’alcool qui est assis près de la porte. Ils attendent les poubelles et la meneuse, une sorte de killeuse, n’est pas là. On l’aurait entendue. Elle m’a à la bonne mais je n’aimerais pas avoir affaire à elle ( surtout la croiser en taule si mon cas ne s’arrange pas !!!!)

Je travaille tranquillement. Je peins. Je rêvasse , je regarde l’oiseau à présent perché sur une peinture et je souris. Je vois que Mars est bien avancé et que ça va filer. Je réserve l’hôtel à Saint-R. chambre 201 sur la mer. Comme les vieux je me réjouis du changement d’heure bientôt. J’ai vu un truc dingue. Un oiseau qui pour se protéger des serpents construit un nid, pourrait on dire à double fond; Une première chambre est vide et le prédateur croit qu’il n’y a rien à gagner à s’attarder, tandis que de l’autre côté d’une petite paroi, la femelle couve ses oeufs. C’est incroyable, tout comme ces étranges créatures des fonds marins-difficile de les décrire- trouvées je ne sais plus où vers l’île de Pâques . On dirait en bien mieux des inventions pour des films d’animation. Y est rentré de Chine. Hier passée aux BA pour voir l’exposition d’atelier de L. et une partie de l’expo collective. 

Le point sur l’actualité/ Loi sur l’avortement/ Législatives au Portugal/ Pas d’espoir pour le cesser le feu dans la bande de Gaza-quelle horreur / Kiev et Moscou/ Temps relativement couvert 6 /13 degrés. 

J’aime bien le Samedi/ Maitre Liu ce matin sans doute. Y vais-je avec ce pied? 

Edward bond est décédé.

Appel de Eric de Chassey qui sortait de mon expo ( ah j’adore la voix de michel Zlotowski le traducteur ) . Ce qu’il m’a dit( ce n’était pas des compliments ) mais une analyse interessante de la peinture. L’exposition Ryman a commencé il faut que j’y aille. Il y a aussi la BN et bientôt Helion qui m’intéresse plus que je ne l’aime vraiment . Et l’exposition Grands Magasins aux Arts déco. Pas envie d’aller voir Mohamed Bourouissa, j’ai sans doute tort mais ça me barbe ce genre de trucs qui ne sont que l’air du temps et surtout qui me semblent un peu des leçons du ” comment on doit voir le monde ” . Le problème est que cet air du temps auquel on ne peut échapper et c’est normal puisque nous respirons, ressemble à une caricature de l’air du temps.!!! ( à mon sens ) Il y a là d’après ce que j’ai entrevu, les grandes lignes habituelles. Le plantes dans des bidons genre bidons de pétrole ( hum hum n’y aurait il pas un message que je ne capte pas !!!!! ) et du mimosa ( j’appelle ça les artistes Truffaut ), les photos IA 🙄, les photos ou 3D de certaines populations comme il l’avait fait pour” “halles ” ( sais plus le titre ) bon je ne suis pas sympa, peut être en souvenir d’un diplôme des beaux arts . J’y accompagnais Laurent et MB était dans le jury. J’ai détesté son comportement et je lui ai fait remarquer que ces réactions ( et accusations ) étaient ” limite ” .

Interessant  La vie va s’éteindre dans un milliard d’années. Bon, c’est dit; Les espèces existantes deviennent des espèces éteintes. qui parle ( France Culture 7h 46 ) La seule voie est la voie vers le bas. LA qualité du sperme a décru. Menace existentielle. 

Henry Gee/Comment est apparue la vie sur terre ? Et quand notre espèce pourrait-elle disparaître ? Dans un livre vivant et didactique, Henry Gee, paléontologue et biologiste, rédacteur en chef à la revue “Nature”, raconte 4 milliards d’années… et dresse des hypothèses sur le futur. 

Une jeune fille entreprenante / note en passant

J’avais lu de Charlotte Perkins Gilman, le papier peint jaune et si je l’avais beaucoup aimé , je ne m’étais pas demandé à vrai dire si elle avait écrit autre chose. Benigna Machiavelli-le titre est alléchant et curieux-a été écrit-qui le croirait -en 1914. Je ne suis pas une féroce féministe ou post ou Neo engagée ( ce qui ne fait pas de moi un personne réactionnaire ) mais je m’efforce de ne pas dire n’importe quoi n’importe comment ( ce que j’entends parfois à propos des hommes est d’une telle stupidité, d’une stupidité furieuse et risible dirais je / agressivité, décontextualisation… ). J’écoutais à ce propos et avec des yeux ronds, une fille sociologue parler avec suffisance chez AF un samedi sur France Culture… ) 

Ce petit roman du genre de l’autobiographie d’enfance est assez délicieux. C’est le portrait d’une famille, d’un père qui étouffe absolument tout le monde, rend sa femme malade, se comporte…. comme un mari se comportait bien souvent. Il est le maitre. C’est écrit avec joie et malice, aucune aigreur mais oui de la malice et de l’humour. L’humour semble pourtant en voie d’extinction,( extinction de voix !!!! ) comme nous d’ailleurs et en riant avec des amis on se dit qu’on ne peut plus rien avancer sans être prudent: Ne dis pas Le chinois, ne dis pas un clodo, ne dis pas lui, elle, pouf, gros, boiteux, roux, petit… . J’ai envie souvent de ne répondre que je dis: MERDE . Voilà. 

Revenons à Benigna. Son bon sens et sens de l’observation, ses aptitudes à comprendre la psychologie. Elle observe et elle veut apprendre apprendre et encore apprendre. Il me semble que son auto-éducation, sa determination, sa ruse son intelligence et son courage sont remarquables. Son souci de se mêler aux autres et de ne pas chercher qui lui ressemble ( contrairement à ce qui nous arrive, être tous bien entre nous/ MA communauté- je déteste ce mot, tout bien lisse … ne pas décoiffer, ébouriffer, blesser… ). Elle sait que l’on avance en se frottant à ses contraires ce qui lui fera essayer plein de métiers très différents , dont celui d’assistant d’acteur et de maquilleur. Ce livre respire la liberté construite par une très jeune personne qui veut être ” un méchant” gentil. Bon Ok c’est un roman pour les gonzesses !!!!! HA HA !!

J’ajoute après être passée à la librairie Vendredi et après avoir voulu acheter un nouveau Papier peint jaune. José me le tend et je fais des yeux tout ronds. Ben c’est quoi cette édition ? Sais plus ( édition Tendance Négative ) mais horreur très jolie au format plaisant, le texte est imprimé sur un motif de papier peint jaune.Aïe Aïe Mais faut il être stupide à ce point pour agir ainsi. Ce texte si beau et mystérieux où il est effectivement question d’un papier peint jaune ne peut souffrir aucune illustration. Pourquoi nous infliger la vision de ces motifs alors que comme dans presque tous les récits, l’intérêt et d’imaginer, de fantasmer, de construire. J’ai eu il y a longtemps la même réaction affligée avec l’édition de La peinture à Dora au Nouvel Attila. Affreux. Bon Voilà ce que je voulais ajouter

ROME / NAPLES (avec fracture)

Même s’il est vrai, notamment pour Rome que la ville est infestée de touristes ( même en Février … ) C’est un plaisir d’y être et d’habiter Via Urbana ( Monti ) tout à côté de Santa Maria Maggiore . Calme encore, et en descendant la rue apercevoir sur la gauche le Colisée! . A l’arrivée on a posé nos affaires et on a filé à la villa Borghese. ( le taxi s’il est très sympa ne sait pas ce que c’est … ) Il faut à présent réserver bien longtemps à l’avance. J’ai bien fait de prendre la dernière entrée car on fait la fermeture et les salles se vident. Après 17h 30 nous sommes assez tranquilles. Il n’y a pas que le Bernin, tout est magnifique . Je regarde avec plaisir la Melissa de Dosso Dossi, (commentée par Philippe Morel un jour où j’étais allée l’écouter à La Sorbonne.) L’étrange animal-un chien- mais est-ce vraiment un chien, il est curieux ? Bref Melissa vêtue richement et l’animal se tiennent au centre d’une sorte de ruban au sol, aire sacrée où les maléfices ou incantations auront lieu… Des mots, des signes apparaissent. Le chien au regard étrange ( comme dans les bustes Romains le regard est intérieur ou plutôt divin. Que voi(en)t il(s) qui nous échappe? Que voit-il ce chien. ( je ne pense pas qu’il s’intéresse à l’oiseau posé sur une armure de buste ) et que nous, vivants aveugles…. En haut à gauche des sortes d’homuncules… Où en étais-je … Ah oui soudainement en regardant cette photo de faune-et cela ne m’a pas effleuré devant la sculpture, je pense immédiatement à Nijinsky. Est ce possible que Diaghilev s’en soit inspiré? Je cherche . Heu. Mais soudain ça me saute aux yeux comme on dit, c’est d’une évidence… Les mosaïques aussi qui représentent des gladiateurs avec des casques bizarres. Je demande à MT de me photographier dans une des salles. Pour le moment, mon pied ” tient le coup ” comme on dit. C’est douloureux mais je marche à peu près… Pluie. Retour à l’appartement avant de ressortir ( aïe aïe les pavés ne sont pas bons pour moi ) Je prend la canne !!! Nous allons dans un restaurant de quartier que connait MT. On entre et au fond le Monsieur nous regarde en fronçant les yeux. Pas de place. Puis un des garçons reconnait MT et on se retrouve en deux secondes bien installées. Hop , le vin pétillant / frizzante est dans notre verre et je n’ai pas encore enlevé ma veste. Hop des anchois arrivent pas la voie des airs. Voix Romaines, accent Romain, ou langue Romaine; J’adore. Carciofi… Pasta. On ira tous les soirs. Pas de touristes ou très peu égarés là. Deux brésiliens qui seront à nouveau là 3 jours plus tard. A chaque fois que je suis en Italie je pleure de penser qu’à Paris ( sauf table… blabla ) les restaurants de quartiers ne sont pas bons. Je n’aime pas les endroits chics, ça m’ennuie et je regrette de ne pas trouver une ” cantine” dans le quartier . Ici prix incroyables et délices simples. Oranges pressées de Sicile un régal, Cappuccino miam. Et les tramezzini. Il faut vraiment être dans la gueule du loup genre Panthéon pour manger des trucs nuls. La Panthéon d’ailleurs est impraticable, et je ne suis même pas allée à la Fontaine Trevi qui ne désemplit pas.

Jour 2 longer le Colisée, trouver un système qui permette de ne pas voir les touristes affairés autour de types qui peignent à la bombe des vues touristiques horribles. Ne rien voir que la beauté, les ruines. Gommer tout le reste. Musées du Capitole. La statue équestre de Marc Aurele ( l’original est à l’intérieur dans un espace assez moche , à côté de la Louve et du tireur d’épine ) Le dessin du sol (” Le pavement au sol, en forme d’étoile insérée dans un ovale, est dessiné par Michel-Ange, mais réalisé en 1940 seulement “) magnifique . Je photographie Marforio, l’une des Statues parlantes à Rome. (En plus de Pasquino et Marforio, les statues parlantes de Rome incluent aussi : Madama Lucrezia, Abbé Luigi, Il Babuino et Il Facchino ) /Deux types de « statues divines parlantes » peuvent être distinguées : des statues miraculeuses et des statues oraculaires

 “Par essence, les images sont muettes. Donner une voix aux statues relève alors de stratégies s’inscrivant dans des perspectives très diverses, poétiques, esthétiques, voire politiques

Certes l’identité du Pasquino se construit d’abord à travers un travestissement savant : lors des premières mises en scènes à l’origine des pasquinades modernes, au début du XVIe siècle, la statue de la piazzetta di Parione est déguisée en figure mythologique : c’est alors à Apollon, Hercule ou Orphée qu’est prêtée la voix qui deviendra celle du Pasquino2. Par le biais d’un simple vestige de la Rome antique, c’est tout l’héritage de la mythologie gréco- romaine qui est convoqué et peut ensuite être réinvesti pour légitimer une parole proprement romaine contre les autorités papales. 

Il faut que je me penche à nouveau sur ces questions qui m’intéressent beaucoup. J’avais appris l’existence des Statues parlantes quand j’ai été jury pour la Villa Médicis. En parlant de cela, il y avait un livre de Dominique Fernandez là où nous étions. J’avais déjà lu des trucs sur l’Italie quand je cherchais des informations sur la Villa Palagonia que j’adore . ( Le voyage d’Italie/ dictionnaire amoureux ) C’est bien écrit et plaisant comme on dit. Je souris beaucoup en lisant le passage Villa Médicis. En parcourant le paragraphe je me dis que seul quelqu’un qui n’a pas eu l’opportunité d’être pensionnaire peur écrire ainsi !!!! Il dit aussi des choses juste mais insiste sur l’oubli presque garanti qui a suivi les séjours des artistes en exceptant Berlioz, Ingres etc… Donc être pensionnaire c’est être destiné a passer à la trappe donc mieux vaut passer son chemin. Ce petit signe d’envie un peu aigre me réjouit. Je me souviens qu’un peintre ( je ne raconte pas l’histoire qui est longue ), mais disons qu’il était le premier peintre que j’aie pu voir à l’oeuvre. C’était le fils d’un architecte, nous étions dans le sud, et il avait fait mon portrait aujourd’hui disparu mais qui s’était transformé avec le temps et l’alchimie en un assemblage d’écailles faisant de l’enfant au pull-over rouge que j’étais un drôle de batracien à qui il manquait là un bout de nez, là une touffe de cheveux. ( la phrase est longue !!!! ) Bref . Le revoyant bien des années après alors que je rentrais de mon séjour à Rome, j’avais 25 ans et lui sans doute 20 de plus ou à peine ) il me dit et cela nous rappelle …: ” J’aurais préféré ne pas…. si on m’avait proposé”. Le problème c’est que jamais telle proposition n’est arrivée jusqu’à son pays, sa ville, sa route, son chemin, son portail, sa boite aux lettres. Je souris !!!!

Si la Villa est une sorte de condensé géographique de la beauté universelle, elle est aussi un résumé historique d’une bonne partie de la culture occidentale .Ce double poids est lourd à porter, avouons le , et il n’est pas facile d’habiter entre ces murs chargés de tant d’illustres souvenirs. Pas facile certes et j’en ai l’expérience, étant franchement perturbée par tant de beauté. Mais ne peut témoigner que celui ou celle qui a vécu cela plus d’un week end. Je vais acheter le livre car je n’ai photographié que ce passage et celui sur les disparus est vraiment drôle. L’envie rôde !!!!

Déjà 17 h et je n’ai rien fait sauf tenter d’appeler G7 et un taxi qui soi disant attendait devant mais devant quoi et sans me joindre, sans que je puisse moi même le jointe me facture 29 euros une course que je n’ai pas faite. Plaisir du temps qui me rend dingue.

L’ Hercule du Forum Boarium est impressionnant. Ce qui est quand même bizarre est que j’ai l’impression de voir tout cela pour la première fois. Je garde en mémoire des lieux dans Rome et j’ai du mal à les assembler, à me repérer. Parfois ça revient, comme le Quirinal qui est là, le Mausolée, OK il est là, oui la via Ripetta, la Piazza della Minerva , mais zut alors j’ai tout oublié. Le Palazzo Massimo??? Quel plaisir donc de le découvrir. Quelques groupes de scolaires mais c’est vraiment confortable comme visite. On prend notre temps, je repose mon pied, je repars. Je rêvasse et fais des photos.Il pleut à verses dehors et on est bien à l’abri. Les gens regardent très très vite, enfin plutôt ne regardent pas très très vite . Il filent manger des glaces ou se photographier devant quelque statue. Tiens, Poggi existe encore ! C’est là qu’on achetait notre matériel châssis et tout le bazar. On peut dire que Mimmo, tiens son nom me revient, était le fournisseur officiel de l’équipe de France. Je l’avais revu il y a bien longtemps pour les 80 ans d’Efizio.

Passer devant l’hôtel Mediterraneo que m’avait signalé ORC. C’est via Cavour. Je demande si je peux regarder? J’adore!:

Conçu par l’architecte d’Art déco Mario Loreti en 1938, il se trouve au sommet de la colline Esquilino, la plus haute des Sept Collines de Rome, offrant une vue imprenable sur la ville. L’hôtel tire son nom de la mer Méditerranée ; le thème marin parcourt ses 11 étages et ses 242 chambres/ L’Hotel Mediterraneo[3] costruito per l’Esposizione Universale di Roma del 1942 / Dal 1940 si dedica alla ristrutturazione dell’hotel Hassler 

Jeudi: Naples. Mon pied va mieux donc pas de canne. Une heure seulement de train et en descendant je sens à nouveau cette déchirure. J eme demande comment je vais faire; Bon c’est ps drôle mais j’adore tellement cette ville. On marchera moins que je ne le voulais mais quand même 9 km y compris le musée archéologique; Je suis grimaçante et soufflante. le retour à la gare est pénible mais je ne veux pas prendre de taxi. Je veux sentir et voir !!! Foot, maillots, Maradona, quartiers décrépis. Je n’avais jamais vu Naples par temps gris. Duomo, trésor, j’achète une petite chaine et investis 2 euros avec le cornetto, le piment. la boutique est toute petite et il y a la nonna assise non pas dans le fond, car le fond est derrière le petit comptoir . Comment gagnent ils leur vie avec ces bricoles?

Je photographie un prêtre myope qui dans son confessionnal dévore son téléphone et le colle sur ses yeux. Je le fais pour me souvenir, mais photographier les cultes, messes ou autres, les prêtres , les fidèles ne me plait pas. J’avais été horrifiée par la photo que J. m’avait envoyée de son son frère mort. Le fait de photographier un mort ( c’était une pratique courante autrefois ) ne me plait pas mais c’est une chose que je ne ferais pas. Cependant sans prévenir vous imposer / infliger ce spectacle violent m’avait mise en colère. J’y voyais un manque de respect , une façon contemporaine de se servir des images sans établir de hiérarchie, sans s’interroger sur leur sens, leur statut. Bon. Je ne sais pas pourquoi je dis ça en entendant de loin le rediffusion d’une émission de Finklekraut ( celle du 24 février sur l’amour ) . Il y en a une pardon, la Neo féministe elle est raide si je peux dire et assez contente d’elle ( Victoire Tuaillon ). M’agace.( les deux filles se crêpent le chignon !!!!???????? )

Donc au Musée Archéologique j’ai enlevé ma chaussure gauche , place à la chaussette rouge, red foot. Il y a très peu de monde. C’est parfait et on reste longtemps. Retour Rome tranquille. Et direction notre trattoria.

Vendredi Palazzo Altemps.Vide, Beaucoup de charme. Puis sur les conseils de V. direction la maison de Balla. 39b Via Oslavia à Rome. On y va en bus. J’adore le bus à Rome quand il n’est pas trop bondé. Quant aux taxis dans la ville il sont bien moins chers qu’à Paris. On a réservé car c’est maximum 12 personnes. 16h je sonne. Il est indiqué que les visiteurs du ” musée” ne sont pas autorisés à utiliser l’ascenseur. J’imagine d’ici la copropriété et ses réunions qui, où qu’elles aient lieu, respirent en général la même médiocrité. Bref. On entre dans l’appartement. Nous sommes 5 personnes dont une ” sachante” comme dit MT. n pouffe tant il est vrai que dès qu’il y a groupe; il y aune personne qui veut prouver je ne sais quoi. Le type qui fait la visite n’est pas mal. C’est amusant et désuet. Puis on nous met devant un écran télé posé sur un chevalet ????????????. C’est un film hyper usé de la RAI sur Balla. On tient le coup un moment histoire d’être polis ( la gardienne dans mon dos fait bruiter un paquet de bonbons qu’elle a dans sa poche et c’est énervant- je me dis qu’elle n’a pas le droit de fumer et qu’elle fait le hamster ). Elle nous sauve la vie en nous disant qu’on est pas obligés de regarder jusqu’au bout !!!! Fuyons. Dans la pièce les petit chevalets sont très beaux et fragiles, une petite table en bois a comme pied un personnage à la Depero. Il y a dans le couloir des peintures et quelques costumes . Bon c’est pas mal. Mais un peu quoi? Un peu j’en sais rien. Pauvret?

Retour et on s’arrête derrière la piazza Del Popolo. C’est trop beau. Il commence à pleuvoir… Place d’Espagne. Tiens il y a même des places sur les marches de la Scalinata. Marcher jusqu’au Métro Cavour . Metro Termini. Maison puis notre dernière soirée au restau. Fritto misto.

Samedi dernier jour. On a eu beaucoup de chance avec la météo. On est comme on dit passées entre les gouttes et aujourd’hui il fait beau. On décide d’aller à la galerie Doria Pamphili, dont je n’ai aucun souvenir ( pour moi l’entrée était dans un coin de place près du Pantheon…) pas le monde souvenir du jardin . Si, bien sur Velasquez je l’avais encore en tête. Que c’est beau. J’avais dit ” si je vois encore un seul antique je hurle “. Bien non, je ne hurle pas si ce n’est de joie tellement j’aime ça, tellement ça m’émeut, tellement … Les faunes, les satires, les éphèbes, les tombeaux, les dieux et déesses, Appolon et Daphné, les métamorphoses… tortues et abeilles, cerf , lions et ours. Coiffures, boucles, yeux incrustés et regards fixes, gladiateur aux blessures apparentes … Déjeuner avec Balthazar et visite de Santa Maria Maggiore avant de reprendre l’avion .

Dire que j’ai marché avec le pied cassé !!! ( je sors de la radio )

Inventaire invisible

photo Anne Laure Mino

Semaine déménagement et rangement atelier en prévision de l’inventaire. Puis départ à E. pour mesurer, retrouver, vérifier… Temps effroyable. Pluie…

C’est amusant le gens qui resurgissent et proposent de boire un café, comme si on s’était quittés hier pour certains ( hier en l’occurence était 1985 ), et comme si on se connaissait bien pour d’autres. Je n’aime pas ce type de revenants avec qui ,au fond, on n’a jamais eu de contact. Revoir par contre des amis d’enfance qui se déplacent pour vous écouter c’est cool. Ah oui il y a eu la rencontre ( ZE TALK !!!) à la galerie ( déjà une semaine ) . C’était plein, plus de 100 personnes. J’ai du mal à le croire. ensuite repas à la maison: calamars… moins bons que ceux pêchés par Martine mais pas si mal…

Je peins un peu en décousu, c’est à dire pas assez. Et puis c’est moche. Je vais ou trop loin ou pas assez, ce qui veut dire que je dépasse la ligne où c’était peut-être bien et ça se transforme en Carabosse fade. Mais ce rangement est salutaire. Vivement que ce soit terminé ! Un coup de propre en plus ne fera pas de mal. Retravaillé pour la Biennale. Ecouté les oiseaux, ai marché dans la boue…Ai réécouté les oiseaux. Ai repataugé… C’est fastidieux de regarder des choses anciennes. Pas mal de trucs à jeter. Expo/Beaucoup de presse. Couverture de Art Press, qui l’eût cru. On a vu Daaaali que j’ai beaucoup aimé. Les temps ne prêtent ni au rire ni au sourire ce qui est d’autant plus agréable. Edouard Baer est le plus beau des Dali. Je vient de me tordre le pied et sens une déchirure musculaire sur le côté extérieur gauche. Pour Rome la semaine prochaine, j’espère que ça va s’arranger, je n’ai pas envie de trainer la patte. Bon il a fallu aussi corriger les articles pour éviter de radoter et de répéter les mêmes machins; Dans Artforum, Harper’s bazaar et Art press. Ai montré à R Judith Scott R. ainsi que Hilma af Klint, Walter de Maria … J’aime pas ce temps, j’aime pas cette humidité, j’ai hâte de sentir le soleil.

Allan m’offre un livre de Jean Cau / croquis de mémoire. C’est délicieux ces petits portraits de Giacometti, Giscard Destaing, Coco Chanel et Ezra Pound pour le moment. … A suivre …

Cauchemar / j’étais sous forme de je ne sais quoi dans la gueule d’un monstre à dents pointues et l’autre prisonnier était une sorte de souris aux couleurs de perroquet. C’est peut-être du delirium tremens !!!. Une ancienne étudiante devait montrer un film, puis j’ai pris ma mobylette et me suis rendue compte que je n’aurais jamais assez d’essence. Ai rebroussé chemin, traversant des forêts dans la montagne. Bref.

Au repos le pied n’est pas douloureux. Mais… Pourvu que je puisse marcher Mardi à Rome puis Naples.

Je me fâche régulièrement dans le métro ou le bus car je ne supporte plus les gens qui ne font aucune différence entre espace public et espace privé, ou qui sont totalement décérébrés et soit: téléphonent en mode haut parleur ( c’est de plus en plus fréquent ), soit écoutent de la” musique “sans écouteurs. Non seulement c’est dérangeant, mais le son qui sort des téléphones est immonde. Dans ma liste de fâcheries: Les gens qui ne laissent pas descendre de la rame et sont plantés devant voulant entrer ( eux d’abord )// un classique/ Le type qui n’enlève pas son sac à dos/ La personne qui se place devant le portillon et cherche son passe Navigo, les individus qui restent assis sur les strapontins quand il y a affluence/ Les groupes qui montent un escalier et ne vous laissent pas la place pour descendre. Quand j’ai un parapluie je le pointe en avant c’est assez efficace/ Le MacDo et son odeur dans le métro.J’ajouterai: Le type qui a fait le plein d’essence et prend bien son temps pour ranger son ticket, mettre sa ceinture, bricoler je ne sais quoi et enfin … démarre. Idem pour celui qui au péage est trop loin du truc où l’on insère le ticket, idem pour celui qui doit reculer car il n’ pas vu que la voie était réservée. J’ajoute: Dans une file d’attente la personne qui vous colle, au cinema désert celle qui vient s’assoir devant vous ( idem à la plage ). Expérience récente chez le fleuriste, la fille qui compose un bouquet et ça N’EN FINIT PAS : combien coute celle ci, j’hésite sur la couleur, peut on acheter la moitié de cette botte. Enfin un vendeur se libère et je dis à toute vitesse: Bonjourcettebottedemimosavolàmacartehopcestfaitc’estpayéboncourage . Les gens qui touchent les fruits où les avocats. En province la conversation chez les commerçants est une coutume plutôt pas désagréable si on accepte de se détendre et d’être un peu tolérant. Quoique.!!!

En revenant de l’Aigle Vendredi soir je n’en croyais pas mes yeux. Nous étions deux groupes de 4 personnes assises en carré, et …. Tout le monde lisait des vrais livres. Ça m’a réconciliée avec l’humanité. Pas un bruit malgré le monde et la concentration propre à la lecture.

Je cherche  Charlotte Perkins Gilman dont on m’a reparlé hier ( RV pour le film de PC où il est question que j’apparaisse au sens propre du terme dans le papier peint.) J’ai lu il y a longtemps ce livre ” le papier peint jaune ” et viens de commander: La Glycine géante, Herland, et Benigna Machiavelli. J’attends également le livre Shadows of Reality: A Catalogue of W.G. Sebald’s Photographic Materials, Eds. Clive Scott & Nick Warr, Boiler House Press, Paperback, pp. 468.

Hier soir passés boire un verre avec C.

Aujourd’hui Dimanche gris

.

Notes/ excès/divers

Cecil B Demented/ Johnny Waters

J’ai eu beaucoup de plaisir à me rendre chaque jour à l’atelier. Lu un polar série Noire qu’A. m’a passé. On a déjeuné ensemble ( exception déjeuner Lundi dernier ) puis je suis allée au Petit-Palais. Mais je me trompe dans le temps je crois… Bref.. Expo dirons nous, classique, mais toujours plaisant de voir et revoir et aussi de découvrir entr’autre Edgar Brandt que je ne connaissais pas Je n’avais pas réussi à me débarrasser de mon vélib et il est donc resté pendant 3 heures à la galerie qui est somme toute un bon parking du Lundi. Céramique l’après midi( faudrait savoir si c’était céramique ou Petit-Palais !!! ) En général, le soir je suis fatiguée. On papote mais on se couche assez tôt. Mercredi le gars de chez M a livré. Je lui ai dit que j’allais le payer s’il montait les trucs, ce qui va de soi. Bref, je ne le sentais pas comme on dit. Avec mon aide il a trainé la patte … Et m’a tout laissé à l’entrée malgré le généreux pourboire. J’ai pas insisté. Ca me déprime ce genre de chose. Je ne demandais pas la lune, mes ces 4 rouleaux de toile de 3 m sont lourds+ le reste . Ca m’énerve. D. m’a aidée à tout monter ( les châssis entoilés de 200 par 180 qui passent juste etc. ) Travail pour le RV téléphonique de demain et préparer la soirée du 17. Demain aussi RV à France Inter pour enregistrement. M. est venue diner Jeudi et Vendredi c’était la visite des amis du Palais de Tokyo. Hier, passée chez C. en renfort. Il y avait là un garçon américain qui parlait tellement fort qu’à un moment ça m’a rendue grognon. Ca m’échappe ça, qu’on fasse si peu attention aux autres. Pas eu le courage hier matin d’aller chez Maitre Liu (????). J’aurais dû. Me reprendre en main. recommencer le sport. Mais pourquoi je n’y arrive pas.

Dimanche-Mubi/

Je viens de regarder Cecil B Demented de Johnny Waters et ça m’a beaucoup amusée. Un peu d’excès ne nuit pas. Beaucoup non plus d’ailleurs . J’ai dû voir Pink Flamingos pendant le Covid, mais je ne me souviens plus. Je regarde.

splatter film is a subgenre of horror films that deliberately focuses on graphic portrayals of gore and graphic violence. These films, usually through the use of special effects, display a fascination with the vulnerability of the human body and the theatricality of its mutilation. The term “splatter cinema” was coined by George A. Romero to describe his film Dawn of the Dead, though Dawn of the Dead is generally considered by critics to have higher aspirations, such as social commentary, than to be simply exploitative for its own sake.

Puis le tragique”Man on the Moon ou L’Homme sur la Lune réalisé par Miloš Forman et sorti en 1999.Kaufman était cet OVNI du monde du spectacle qui avait choisi de lire l’entièreté de The Great Gatsby de F.Scott Fitzgerald, à son public, laissant le public quitter, un à un la salle, lorsque celui-ci a réalisé qu’il avait payé pour entendre un homme lire un livre.” 

Le sifflet et le pied à coulisse

Ce sont les deux objets dont je parlerai./ Plus tard

J’ai acheté Un cabinet d’amateur, de Perec livre que je ne connaissais pas et d’ailleurs pas très bien Perec. Il y est question de le peinture de Kurtz, un cabinet d’amateur. Je n’ai pas terminé, mais la diabolique et vertigineuse description des tableaux dans le tableau et ainsi de suite me ravissent jusqu’au frisson au moment de la mort de notre collectionneur Hermann Raffke, représenté lui aussi dans le tableau.” Son corps naturalisé par le meilleur taxidermiste de l’époque, que l’on fit venir tout exprès du Mexique, fut revêtu de la robe de chambre grise à liseré rouge qu’il portait sur le tableau de Kûrtz, et installé dans le même fauteuil que celui dans lequel il avait pris la pose. Fauteuil et cadavre furent alors descendus dans un caveau qui reproduisait fidèlement, mais à une échelle sensiblement réduite, la pièce où Raffke avait accroché les toiles qu’il préférait…”!

Des vérifications entreprises avec diligence ne tardèrent pas à démontrer qu’en effet la plupart des tableaux de la collection Raffke étaient faux, comme sont faux la plupart des détails de ce récit fictif, conçu pour le seul plaisir, et le seul frisson, du faire-semblant… /////…. Ce chef-d’œuvre constitue-t-il donc une illustration de la théorie sérieusement avancée par Nowak, selon laquelle « toute œuvre est le miroir d’une autre » ? … /////…. « Toute œuvre est le miroir d’une autre », avançait-il dans son préambule : un nombre considérable de tableaux, sinon tous, ne prennent leur signification véritable qu’en fonction d’œuvres antérieures qui y sont, soit simplement reproduites, intégralement ou partiellement, soit, d’une manière beaucoup plus allusive, encryptées. Dans cette perspective, il convenait d’accorder une attention particulière à ce type de peintures que l’on appelait communément les « cabinets d’amateur »(Kunstkammer)

Je retrouve une image d’une installation qui était pas mal impressionnante. Montrée à la Conciergerie il y a des années/ Auteurs : Sun Yuan&Peng Yu et qui si je ne me trompe pas montrait des dignitaires soviétiques ???? Raté!!!!!cacochymes et se déplaçant en fauteuil roulant parmi les visiteurs de l’expo : This work featured thirteen hyper-realistic life-size sculptures of elderly people. Each withered old man looks suspiciously similar to world leaders, including politicians, bishops, admirals, generals, and dictators. They display signs of mental weakness and are placed, drooling, in electric wheelchairs that roll on a slow collision course, clashing around the gallery at a harmless snail’s pace. Like a grotesque parody of the United Nations, the work is a powerful critique of aimless international conflicts that are determined by a few senseless leaders. 

Galerie hier. Visite de CM, de FC, mot de BM , etc.

Hier j’étais contente d’aller voir Peplum Médiéval au 104, lieu que je n’aime pas tellement à vrai dire et où je ne vais jamais. (Même si c’est sympa de regarder des gens danser, s’entrainer, répéter… Jongleurs et voguing.) Rien de bien rare ou personnel mais je suis une sale bête. Voir les acteurs de Catalyse à nouveau c’était un plaisir. Grâce à la canne de Robert on a remonté toute la file d’attente et on s’est retrouvés les premiers au contrôle ! Le décor est séduisant un peu comme un Playmobil( ce n’est pas ironique ) et Guillaume toujours incroyable de grâce. Mais au bout de 20 mn ( sur 1h 30 et au moins 20 de trop ) j’ai commencé à m’ennuyer et à être lasse de ce que je voyais et qui m’avait séduite au début. ( Le plus réussi à mon sens est la blancheur ) Costumes et drapeaux, blasons et chevaux multicolores, accessoires, c’est chargé … De toutes façons depuis la Ville Blanche, je trouve que tout est trop ( sans oublier ma peinture !!!! ) Puis cette langue moyen-âgeuse vieux français inventée à laquelle je n’ai rien compris/ de quoi parle t’on ? / est-ce un rêve /oui/un conte/oui … Poésie? La barbe… les étoiles fort présentes et au bout d’un moment la poésie de ces mêmes étoiles me casse les pieds et me fâche. Cette langue- en moins bien me rappelle mon ennui dans les pièces de Novarina . Tristan roi, belle image, Sylvain, Jean-Claude cher Jean-Claude que fais tu là , que faites vous là Emilio et Manon et Guillaume avec des vrais acteurs. Rien à voir ici avec Catalyse et le travail incroyable de Madeleine et Jean François . Ils ne sont plus des personnes décalées, sans filtres et accompagnés d’éducateurs… J’ai soudain l’impression qu’ils sont utilisés. Je me demande alors si mon jugement sévère n’est pas une jalousie de qui n’a pas fait la scénographie comme dans deux précédents spectacles ( Le dernier voyage de Gulliver et le grand théâtre d’Oklahama ). R me rassure lui qui n’a pas beaucoup aimé cela non plus. Ici c’est davantage patronage. J’avais vu il y a 100 ans le metteur en scène interpréter Monsieur Jourdain dans le Bourgeois de Benjamin Lazar à la Bâtie d’Urfé. C’était magnifique mais R n’avait pas aimé son jeu ( Olivier Martin Salvan )

J’ai choisi les trucs sonores que je souhaite pour France Inter qui sera diffusé le 15 à 20 h. Entendant parler du film, j’ai acheté La zone d’intêret de Martin Amis et ça m’ennuie même s’il est écrit que c’est un grand écrivain. Mais je dois passer à côté de quelque chose. Bref. Vais-je continuer. Pas certain.

“Axoplots”

Zhu Yu 2000

L’Axolotl, Ambystoma mexicanum, est une espèce de salamandre néoténique faisant partie de l’ordre des urodèles et de la famille des Ambystomatidae. Il fait partie des animaux ayant la capacité de passer toute leur vie à l’état larvaire sans jamais se métamorphoser en salamandre adulte

Apres un RV pour la Biennale avec ma maquette, un RV avec Télérama, et une soupe suis passée à la galerie CG où je m’amuse toujours beaucoup. On finalise ce catalogue du Musée Picasso qui sortira on ne sait quand. Les graphistes avec qui je n’ai jamais échangé un mot , donc qui ne s’occupent QUE d’images sont fatigants à ne pas vouloir entendre ce que je veux. Ou plutôt ce que je ne souhaite pas. C’est quand même incroyable et très fréquent. Retour maison. Fatigue . Je me traine un peu à vrai dire et je n’ai pas eu le courage d’aller à l’atelier. Je trouve dans ” de vivants piliers” de Regie Drebray ( acheté pour je ne sais quelle raison ) une phrase que j’aime beaucoup:

Une rébellion, moins elle est à l’affiche, mieux elle tient la route.

Je regarde Dans la ville blanche de Tanner. J’aime beaucoup. C’est ce type de film si on peut dire que j’aimerais faire. Soudainement j’ai eu l’impression que tout le cinéma était trop bavard. J’ai juste une réserve quant à la musique que j’ai trouvée trop présente. Ciné-Mélanges ? Pas lu.

Tic et tac

Je ne sais pourquoi je me suis souvenue du bruit du temps. Si! je sais très bien pourquoi. J’ouvre La description du malheur de Sebald et hop…elle apparait: L’horloge ( on disait me semble t’il une comtoise ) et son balancier ( soudainement je mesure a quel point cet objet n’est plus de notre temps, et pourtant il fut du mien ). Bon… J’étais chargée de la remonter avec la grande clé qui était je crois suspendue par une ficelle dans le corps du” meuble “. Je ne sais pas comment décrire cette tour en bois (mouvement Girod à la Palisse2 poids c’est ce que je trouve). Pardon tout est confus. Bon. Je tente de reconstituer: “-Il faudrait la remonter“. J’attrape, non, j’ouvre la partie supérieure ( celle du cadran qui était surmonté d’une partie dorée représentant quelque chose ??? Une allégorie, des laboureurs, le soleil, un coq / le fronton ) et Hop la clé. Cric cric cric, je remonte .” –Attention ne va pas trop loin, ne force pas…” C’est la voix du père. Cric. Il me semble qu’il fallait introduire la clé en deux endroits?. Puis je range la clé, je referme le machin du haut et si l’horloge s’était arrêtée, je bouge délicatement la grande et la petite aiguille; ensuite il faut ouvrir la partie basse pour relancer le balancier !!! Je ris de tant de désuétude ( je ne sais pas si le mot existe.) Ca c’était dans ce qu’on appelait “la petite salle “. Dans la cuisine il y avait le carillon. Le même que chez mes deux tantes et j’en déduis aujourd’hui qu’il devait faire partie du trousseau humble de ma mère. C’était moche ce truc en bois clair avec des fleurs gravées et je ne sais décrire ce que je me remémore comme son. Un son en trois parties… Ca m’évoquait des vieilles personnes et un temps qui me faisait peur, une sorte d’outre tombe.

Et pourquoi en dégustant mon bouillon au Poulet croustillant rue Mazarine, ai-je regardé la cérémonie de l’enterrement de De Gaulle où l’on voit entr’autres Romain Gary et Malraux…( INA ). Mystère à Colombey…

Je me disais

Quand même je pensais à l’hypocrisie en ce qui concerne les enfants. En regardant des trucs nuls ( que j’avoue adorer malgré… ) bref en regardant des trucs nuls ( et je me sens coupable…) bref en regardant des trucs nuls genre ” prodiges “( jury: le charmant ???? Gauthier Capuçon et Pietragalla +1) ou Incroyables talents,( ce n’est peut être pas le titre ) je me disais donc qu’on nous bassine avec la protection de l’enfance mais que là sur les écrans voir des enfants concourir/ Qui chante le mieux, le plus ci, le plus là, qui fait des sauts, qui joue du cor de chasse, qui … On plaisante où quoi? Tous ces gosses et leurs familles attendries sont utilisés, exploités trompés. Le gagnant de prodiges a reçu 10000 euros MERCI MERCI c’est trop ! Ca me révolte. 10000 euros certes ce n’est pas rien, mais quand ont sait que des milliers de spectateurs suivent ça, ce n’est… rien. BERK et BERK et les petits singes savants parfois très timides et on peut s’attendrir, parfois hyper à l’aise comme des bêtes de télé prématurées… et on a envie des les claquer. Bref. J’ai ça sur le coeur depuis quelques temps. On dit que des familles éloignées d’un contexte culturel ont découvert ” l’art “grâce à cela… Ouem

Recommencé à peindre et c’est bien ce qui m’ennuie le moins. Céramique-récréation, plaisant. Fini La maison en papier que j’ai beaucoup aimé et repris Des bibliothèques pleines de fantômes“. C’est trop bien. Je m’amuse en découvrant les codes, les chiffres utilisés par Benjamin Constant: 1 jouissance physique, 2 désir de rompre mon éternel lien dont il est si souvent question, 17 désir de raccommodement avec quelques ennemis… C’est drôle non? Ca me rappelle un peu Sade et ces petits signes/cercle, cercles barrés… Zut je ne trouve rien; où ai-je lu ça? Chez Pauvert, chez Chesseix? Chez Mishima? Non. Il me semble les voir ces petits signes qui indiquaient je crois les moments de sexe et leur qualité si on peut dire.

Beau ça: « Retiré dans la paix de ces déserts, en compagnie de peu de livres mais savants, je converse avec les défunts, et écoute les morts avec les yeux.” Francisco de Quevedo ( Les furies et les peines??? )

Maquette pour Lyon, SDF gare Saint Lazare haut Escalator ( à noter aussi au Métro Madeleine entrée par le magasin Darty, le campement qu’il y a. ), mes chaussures dans l’atelier et Jeanne Hersch dont je ne sais rien. Me bidonne en écoutant un artiste parler de lui, de Beuys et du chamanisme. Vraiment c’est pas possible de ne pas se rendre compte à ce point de son propre ridicule. Autre chose qui m’exaspère: Les gens qui postent sur Instagram des trucs gastronomiques qu’il consomment. Je ne parle pas de François Simon et de ses critiques gastronomiques qui sont vraiment bien . Nan je parle de personnes qui ne se rendent même pas compte que c’est l’époque ou la population mange de la merde, des JFK , des Mac degueu parce que c’est moins cher et aussi parce qu’ils ne savent plus faire cuire une pomme de terre à l’eau ( vu le prix des fruits et des légumes ) vaut mieux pour la majorité prendre comme plat du jour des chips et finir sur un Bounty . Bon je suis en mode je râle. Ai vu l’expo au Petit Palais. Pas vraiment de surprises, la surprise c’est le Monde un Mercredi, pas inintéressant, mais on connait tout ça, le Bateau Lavoir, le Boeuf sur le toit, Picasso, Cocteau, Nijinsky. Bon j’exagère. Je me suis protégée des guides avec mes écouteurs. Ah si ce qui est amusant c’est Rigadin Peintre Cubiste et j’adore le Paletot de Patou toile de laine orange et noire.

Passée à la galerie HW ce matin aussi et j’avais RV avec C. pour ses histoires à 9h….

Caractère

Paul Strand

Je crois que c’est dans Des bibliothèques pleines de fantômes que j’ai trouvé cité ” La casa de papel” de Carlos Maria Dominguez dont je ne sais rien si ce n’est qu’il a je crois mon âge. J’ai commandé le bouquin d’occasion. Il a une couverture très moche, orange avec représentée un maison en livres ( plouf plouf…???? ) et c’est écrit Roman. Quand on ouvre ce qui est plutôt un fascicule on est surpris pas la grosseur des caractères . On a l’impression que l’on fait un zoom avant sur les pages alors que l’on n’a pas bougé. Bref, l’édition est moche ( comme celle / une des deux / de La peinture à Dora ) Si une couverture ne gâche pas tout,( quoi que ) elle contrarie quand elle est laide et que l’on aime son contenu. Ceci qui, ici est le cas. Une histoire de livres, une histoire de Bibliothèques, d’archives et de fiches, de vie et de mort, de folie, tout cela sous le signe de la Ligne d’ombre de Conrad. L’éditeur m’est inconnu: Editions de la Loupe . Voyons un peu. Je ris en voyant cohabiter des ouvrages de Soeur Emmanuelle, Maurice Leblanc, Sylvain Tesson, Peter Falk ( Juste une dernière chose/ les mémoires de Colombo), Ken Follet, Michel Drucker ( oui oui, LE Michel Drucker !!!). Philippe de Villiers et Charles Aznavour pour ne citer que les plus splendides. Et j’oublie Le Nouveau testament!!!! Comment a pu s’échouer ici cet auteur dans cette édition pour myopes? Si je poursuis mon inspection, je vois que le livre vient de la Bibliothèque d’Orly, de la Médiathèque municipale plus exactement. Je lis: Ouvrage retiré la collection publique après décision municipale.Mystère en plus du fait que j’ai dû mal comprendre qu’on n’a pas le droit de vendre ou revendre… Bref…Ah je découvre autre chose. Mais oui !!!!Mais oui !!!! Editions de LA LOUPE:

Livres en gros caractères

La Palisse!!!

Plus de 500 000 livres des Éditions de la Loupe sont désormais disponibles dans les bibliothèques d’hôpitaux, médiathèques départementales, médiathèques municipales, Bibliothèques Pour Tous ; où des rayons appelés basse-vision, large-vision, gros caractères, proposent un large choix de livres en grands caractères.

A propos d’aveugles je trouve une photo de Borges et son épouse. Eh bien, je n’avais jamais imaginé que JLB soit accompagné de qui que ce soit . Je l’aurais d’avantage imaginé avec une plante ou un rocher. Qui est cette femme . Cherche Médor cherche …Après avoir veillé plus de trente ans sur son œuvre, Maria Kodama, l’épouse et légataire de l’écrivain argentin, est morte le 26 mars 2023, sans laisser de testament.

DÉJÀ 8h

Je dois dire que ce n’est pas si désagréable de ne rien faire. On s’y habitue assez vite. Marion Delorme:

Pourquoi vis tu?

Je vis par curiosité

J’ai été effarée en tombant sur d’Instagram du Musée d’Orsay. Si effrayée que je n’ose pas y revenir afin de voir si j’ai vu ce que j’ai vu. J’y retourne en coupant le son.Une jeune femme en costume cravate nous dit de façon théâtrale:” Il s’agit d’une visite guidée particulière sous forme d’escape game; ( Une équipe de joueurs est enfermée dans une salle et doit, pour en sortir dans un temps imparti, trouver et utiliser les objets et les indices disséminés dans la pièce de façon à résoudre une série d’énigmes pour trouver un code déverrouillant la porte )????. Il s’agira d’échapper aux héritages douteux du 19 eme siècle”. Ca veut dire quoi ça. C’est quoi l’héritage douteux? Je ne veux pas parler sans savoir mais si les Musées cherchent à ce point des activités, ça me désespère. Ca me désespère qu’un musée ne soit plus l’endroit où l’on se tait en regardant des oeuvres, un endroit où l’on réfléchit , seul ou pas, un endroit où l’on parle secrètement à ces mêmes oeuvres, où on s’assied longuement( ceci étant dit s’assoir longuement devant les ménines est un rêve car aucun banc, aucun endroit où se poser. ) et où l’on savoure un autre temps. Il faut parler, s’agiter, bouger, pire: s’amuser. Tant qu’à faire préfère aller direct à Disney Land, ( jamais vu sauf film Arnaud des Pallières ) qui ne prétend pas à la pédagogie culturelle démagogique. Peut être que cette fille en résidence au Musée est formidable d’ailleurs, mais ça et l’atelier de Lumières ( participation/ immersion ) OMG comme on dit ! Mais qui trouve ces idées à la con. Pardon… Les équipes de com? Moi j’ai envie de créer l’activité punaises de lit pour que tout le monde ait peur et plus personne n’emplisse les musées, pour que le public évacue vers les conférences du Bon Marché en sortant de la Grande Epicerie, aille faire ses selfies ailleurs et qu’on soit penard. Je repense au garçon qui expliquait aux enfants, l’Allégorie: Simplement, intelligemment sans être déguisé en clown et faire des grimaces. Trop sobre, trop simple sans doute. Et tous les enfants très attentifs pour un sujet pas commode du tout…

8h15

Je vais gentiment aller allumer la cafetière et ensuite ” faire un tour” à mon atelier. Puis maquette Lyon. J’ai hier regardé Le fils incompris de Comencini. Il sait faire pleurer!. Comment réussit-on à faire jouer des enfants? Mystère mais les deux garçons sont formidables ainsi que le personnage de l’oncle. J’ai repensé aux magnifiques scènes qui suit la chute de cheval dans Barry Lindon.

Allegories

C’est beau ça hein? Détail de Vanité ( 1670 ) de Simon Renard de Saint André.

Pour aller au Parc de Sceaux objectivement c’est moche. Bagneux, Bourg la Reine, sais plus et grisaille et Dimanche et lendemain de vernissage … mais on décide d’aller voir cette expo que VJ m’a conseillée. J’y passe un très bon et long moment . C’est très interessant avec juste ce qu’il faut de pédagogie. L’endroit n’est pas facile. Un garçon fait la visite pour les enfants et la fait bien. Je suis fatiguée genre lendemain de réveillon / et j’ai envie de respirer. Il fait froid et le dégel transforme tout en splash land. J’aurais bien fait le tour du parc mais visiblement les autres pas. Le château est moche mais le parc est impressionnant. Un grand cheval blanc passe. En rentrant on s’est promenés à pieds jusqu’au canal, comme ça sans réfléchir , un peu pour tuer ce qui reste du Dimanche. Moi je me traine. Je n’ai qu’une envie c’est lit+ film. Lundi matin Atelier, Lundi aprem céramique… Mardi matin, 8h à l’atelier, ça c’est dur. Puis je rentre, je traine, je dors. Toujours pas capable de lire. Vernissage aux Beaux-Arts . Zut suis invitée le soir. Mercredi matin, ça va un peu mieux donc paperasse et après midi RV à la Galerie CG pour la Biennale de Lyon. R. tousse à nouveau. J’ai écouté une des deux émissions “ surpris par la nuit“( avec CA, pas vu depuis longtemps on a imité 1000 fois Alain Veinstein disant Surpris par…………. la nuiiiit qui est plutôt surpris par …. la nuiciiiche), concernant les reporters de guerre. Interessant. Peut être commencer l’intervention du 14 février avec un fraJgment de son. Ou le son dans l’avion de Sarajevo avec Nicole. Je retrouve ça: « Des châteaux bâtis en os sort la musique inconnue. “. C’est quoi? Allons voir. Heu Heu c’est Rimbaud …. et direction l’Op 18 de Britten que je ne connais pas. Bon pour le moment je regarde un film et ensuite je m’attaque à la maquette de Lyon. ( Chambre des Vues? )Et si je m’endors je ne résiste pas. Je reçois ceci:Le premier peuplement de l’Europe et l’arrivée des Homo Heidelbergensis il y a 700 000 ans… C’est une conférence !!! Ben… Sans moi les amis !!!!!

Trop de moi

Il y a eu l’aller-retour à Bruxelles pour voir la galerie de Christophe. Il faisait un temps très moche. De la gare j’ai marché , flâné regardé. que me reste t’il de cette grisaille? Ce plaisir de la découverte d’un ensemble d’immeubles affreux ou plutôt tristes , ou d’une ancienne rue surprenante. La rue de la cigogne? Je ne sais plus. Puis des immeubles que j’ai eu la flemme de photographier . C’était glauque avec des noms de couleur? Sais plus. Comme abandonné et cinématographique. En parlant de cinéma vu le magnifique documentaire pourrait on dire censuré ( pas entendu parler en 2023 ) : Promenade à Cracovie. Polanski et son ami d’enfance devisent en se promenant. Réellement émouvant. On pleure. Et puis c’est aussi très drôle.

Autre chose, Kubrick par Kubrick à partir de l’entretien de Michel Ciment en je ne sais plus quelle année.

C’était le 5 janvier et la veille AB m’avait offert un livre de Pierre Reverdy. J’ai photographié une page du livre. On est entrées au Musée d’Orsay par la sortie vu le monde et ma réticence à faire la queue afin d’aller voir Peter Doig. Je ne dis rien de la peinture mais de la salle où sont exposés les tableaux. Lumière glauque et accrochage étrange qui abime les oeuvres. L’exercice est compliqué dans l’architecture affreuse de Gae Aulenti. .

Retour Bruxelles/ La galerie est belle. Le centre de Bruxelles et ses rues piétonnes est moche. Pas un café sympathique, que des truc à manger à la sauvette ou des fringues à acheter. On a trouvé quand même un refuge dans un café agréable et on a papoté, regardé nos téléphones, attendu 15h pour l’annonce de l’expo sur Instagram !!!!. L’Hotel Métropole que j’aimais tant est toujours en travaux. J’avais envie d’aller au Musée, puis plus du tout envie. Puis juste envie de n’avoir envie de rien ( contrairement à la chanson de Johnny !!!) J’ai repris le train à 17 h. En regardant mes photos je vois que le soir nous avons mangé le civet que j’avais préparé et qui était délicieux. Le 6 j’ai barbouillé à l’atelier et photographié dans le train de banlieue, deux jumelles très belles et qui me donnaient l’impression de voir double la Naissance du printemps de Botticelli .Il y a eu l’article dans l’Oeil et le lendemain le mariage de PM et A. J’ai gardé des images des peintures de Peter Saenredam, celle où dans une église un enfant dessine sur le mur un cheval télescopique monté par 4 cavaliers. Suit une peinture de Pesellino et une gravure de Jacob Matham figurant l’envie. ( Eat your heart out ).Niveau lecture j’avais commencé l’Art de la joie. J’en ai lu plus de 100 pages avec plaisir et m’aperçois que je n’ai pas poursuivi. Je me demande si c’est le chef-d’oeuvre qu’on nous dit. Je ne sais pas mais je vais continuer. Aujourd’hui et depuis le montage de l’expo j’ai beaucoup de mal à me concentrer sur une page . Grignoté Orwell ( Sommes-nous ce que nous lisons , je crois) , Vertiges de Sebald, des bouquins qui traînent… mais je ne fixe rien; Photo de R dans la cuisine. Photo de SDF à la Gare Saint-Lazare, en haut de l’escalator. Ce jour là je ne pourrai pas accéder à l’atelier faute de train. J’ai terminé des choses à l’atelier de céramique où je me rends toujours avec plaisir. C’est comme une récréation. Je réfléchis peu, je me contente de faire, de tourner autour de la sellette. Photo dans le train d’une dame affreuse qui ressemble à King Kong. Photo de la grande dépression et surtout celles qui, rejetées sont perforées ( home-punched archives ).

Le 11 janvier l’installation commence enfin. J’avoue que je suis inquiète et tourne dans mon esprit les tableaux dans tous les sens! . O. est là. presque tout est là. Je rencontre l’équipe et ce sera le premier jour de ces dix, particulièrement chaleureux, joyeux, agréables. Les tapis arrivent à 14 h et suspense. Hourra! , je les trouve super beaux. La qualité est impec et dans la salle du haut c’est parfait car le parquet sombre n’est pas facile.

L’annonce de la nomination de Rachida Dati fait son effet. Tous ces ministres ( toutes plutôt ) qui se succèdent et parfois font de leur mieux. Elle, m’est particulièrement antipathique.Zut je n’ai pas commandé le livre de Cécile Coutin sur le camouflage. ( Tromper l’ennemi ) . La grande peinture de 6m arrive via Chenue et camion puis est montée avec une grue ???? ????????. La rue a été bloquée pour ce faire. Au début ça m’amuse et après je me cache dans la cuisine et mange des chocolats. Ca passe/ Mission accomplie. On en profite pour en monter une autre ( l’enterrement de la sardine ) qui ira avec ce qu’on appelle ” La femme blanche “. Photo de la couverture du livre Des bibliothèques pleines de fantômes.

Je re-découvre les célestographies de Strindberg ( trouvée ou plutôt retrouvées sur Public Domain Review qui me font penser à un diptyque récent que j’ai fait. Je me demande ( en me disant que quand même c’est trop pratique de faire des photos avec l’Iphone si ce n’est pas dommage de ne plus prendre de notes dans un cahier.) Je vais m’y remettre . Je ne note pas assez et tout s’évapore: Le physique d’une personne croisée, la scène vue dans une rue ou le métro, la réflexion en lisant, ce qu’on entend parfois.

14h22 je vais tenter de dormir. Suis fatiguée après expo plus saignements de nez et boutons de fièvre !!!

Conférence de presse. C’est fait. Puis l’exposition Samedi. La première personne que je vois, c’est Jean et son fils. Puis Marc. Pour le moment vers 17 h il n’y a personne, presque personne.Ensuite je monte à la cuisine, mange un chocolat et boit une tisane. Plus tard je tombe des nues en voyant une photo prise de la rue. On se croirait au Métro Place Clichy. !!! Diner très agréable ensuite et dodo.

Viens, mais…

j’a dû écrire ça il y a plus d’une semaine.

Passer de la rue François 1 à la soirée Années 80 au bar du coin, c’est comme un petit choc thermique. Je n’avais pas particulièrement envie de m’y rendre, et puis on est passés prendre un verre et on est restés. Un peu dans le coin, seule table non réservée qu’on nous avait gardée. C’est quand même incroyable cet endroit. On se croirait où? A saint Bonnet , à Clermont Ferrand et encore pas au centre !!!!Je regarde les “artistes ” se préparer. Bottines paillettes, jupe moulante et lui teint en blond. En matière de teinture, chez les Portugais et plutôt portugaises, ça y va . Les filles sont blondes. Bon je commence à bouger un peu et quand l’entends

Viens, mais ne viens pas quand je serai seule, quand le rideau de scène tombera

alors là je craque. Nous avons au centre du bar au milieu des danseurs, Dalida elle-même! Hou la la. Non, ce n’est pas un travesti. La fille est immense et c’est certain qu’elle cultive son image de feu la chanteuse. Mêmes cheveux, même coiffure… Il y en a une plus petite un peu moins réussie. Alors que presque tout le monde s’est levé pour danser ou s’approcher du bar, un monsieur en costume élitres de scarabée , mange de façon imperturbable. Dalida se blottit contre son homme. C’est très amusant je dois dire. Il y a un photographe du type de ceux qu’on pouvait croiser dans les mariages dans les années 70. Genre argentique avec un flash. Souvent aussi c’était un oncle qui ” s’y connaissait en photo” qui s’y collait. On ne part pas très tard, vers 22h et j’appelle C. pour lui raconter un peu et dire que dommage qu’il ne soit pas venu.

Ce matin j’écoute un interview de Claude Regy , puis un extrait de la ” chevauchée sur le lac de constance” qu’avait vu R , et juste à j’entends à nouveau la voix de Gérard Depardieu dans le Dernier métro. Quel gâchis quand même . Bref.

Je crois entendre encore…

je parlais à C. de mon ignorance musicale, mais de mon tenor préféré qui est Leopold Simoneau et particulièrement dans Ferrando ( Cosi fan lutte ). Il m’envoie un lien que voici. Bref on sait dorénavant que mon grand-père était (un ) Georges Bizet . Voilà ce que j’ai écrit à C: Tu m’aurais vue ce matin, sur le chemin d’Argenteuil écoutant ton émission de Simoneau et surtout les pêcheurs de perles jamais entendu et soudain pleurant à chaudes larmes en entendant l’air de Nadir .

Je crois entendre encore ( ou Lala ça commence )
Caché sous les palmiers
Sa voix tendre et sonore
Comme un chant de ramiers.
Oh nuit enchanteresse
Divin ravissement
Oh souvenir charmant,
Folle ivresse, doux rêve!Aux clartés des étoiles
Je crois encor la voir
Entr’ouvrir ses longs voiles
Aux vents tièdes du soir.
Oh nuit enchanteresse
Divin ravissement
Oh souvenir charmant
Folle ivresse, doux rêve!Charmant Souvenir!
Charmant Souvenir!

C’est quand même incroyable les Gif. On ne peut s’arrêter de regarder. J’ai écrit ici quelquepart il y a 100 ans, quelquechose à propos d’un cheval qui galope sur le bord d’une tasse dans un film de… ? Buster??? peut être ?

Voilà: 14 novembre 2005

Cette tasse devant moi. Je n’y ai pas encore touché. Je lui préfère celle que j’ai appelée un jour de Novembre, la tasse miraculeuse. On dirait une auréole peinte , une grande ostie imprimée. La cuiller à gauche de la tasse est toute plate, Miraculeux vraiment ce cheval scintillant, en plein galop dans le fond de la tasse. Hypnotique . Il galope à la page du 14 novembre 2005 dans mon journal. L’anse à droite est presque à la place de la tête de l’animal. Il tourne pour l’éternité au coeur de l’ordinateur. Cette  course pour toujours jusqu’à “après”me rend folle, ces ruades, ces pattes arrières, ces sept images qui se succédent.A côté de la sous-tasse quelques grains de sucre. Une petite cuiller à gauche , puis à droite. Parfois ma main prend cette cuiller, délicatement. La cuiller est posée sur un morceau de sucre fondu. La tasse contient un liquide noir. Il peut être clair ou épais. Le liquide se boit souvent chaud. Je l’aime brûlant et pas trop fort. Certains ajoutent du sucre ou un peu de lait; je n’aime pas le lait. Je le bois  s’il n’est pas amer. Je ne le finis jamais. Jamais. Parfois je ne le bois même pas. Mais j’ai  le plaisir de le préparer, de le servir, puis de l’abandonner. Lorsque je vais lui rendre visite, elle a préparé les tasses. Chaque fois elles sont différentes. Posées ou non sur un petit plateau. Le rituel est de boire puis de parler.”Moi, immobile j’attendis jusqu’à ce que ma mère vint boire le sang noir.” C’est ce qu’Ulysse dit après s’être adressé ainsi à Tiresias: Je vois là devant moi, l’ombre de ma mère défunte. Elle se tient muette près du sang, et n’ose pas regarder dans les yeux de son fils, ni lui parler. Dis moi, seigneur comment me faire reconnaître. Tirésias répond ainsi: La chose est simple à dire et à faire comprendre: Tous ceux des trépassés auxquels tu donneras licence de s’approcher du sang te parleront selon la vérité/ Ceux que tu écarteras redescendront.

Je me dis parfois, que la tasse à chaque fois préparée contient “le sang noir”. Qu’ainsi je peux entendre. Qu’ainsi d’autres me voient et m’entendent moi aussi . Cela signifierait aussi que je suis plutôt mort que vif, et que c’est moi qui suis aux Pays des morts/ . Je ne m’y vois pas trop à vrai dire au Royaume des défunts; L’idée ne me plaît qu’à moitié. Elle me fait rire à moitié. Elle me fait rire jaune. Aux Enfers à  mon insu…Je ne peux y croire. Je n’y ai vu personne. Il n’y a personne. Je n’ai pas vu  l’ombre de ma mère, je ne l’ai pas entendue. Elle n’est pas là.

Retour en haut