Sur la route de Bayeux

Je ne sais pas si l’on peut s’entrainer à se souvenir de ses rêves? Cette nuit J a proposé à ER directeur d cela Comédie Française de partager un appartement avec lui afin de mieux parler Anglais. Ensuite elle est allée dans la cuisine où j’avais préparé des Hamburgers et les a plongés dans l’eau bouillante puis elle a étalé sur les murs une glace italienne à la framboise . Je suis allée chez un médecin pour mon pied cassé et j’ai descendu un escalier jaune pour arriver dans je crois une réunion; J’ai oublié le reste. Ce matin DC est venu m’interviewer pour une chaine suisse et m’a demandé mes rapports avec la radio. D, je l’aime bien. On boit un café sur le balcon et il installe son bazar. Ca ne dure pas très longtemps mais c’est un bon moment avant de se mettre au travail. Reécrire le texte pour OVNI ( montrer des video en Novembre à la villa Ephrussi de Rothschild. Le plus judicieux serait à mon sens serait de montrer quelque chose concernant Nicole Stéphane. On verra. Puis chercher pour La tapisserie de Bayeux. Demain Bayeux/ Je n’ai envie que d’être à mon atelier et suis assez impatiente de retrouver le Repenti dans à peine plus d’un mois.

Donc

Paris Caen puis Bayeux. Je termine Steinbeck ou Tchekov/ 3 années sans plus… RV sur place parmi la queue leu leu de dingue. Des crêperies, des souvenirs, un petit train, 2500 visiteurs par jours, ça donne l’ampleur du désastre. Donc la chenille démarre puis redémarre. On m’a donné l’autorisation de photographier. J’attrape un détail et un vieil anglais me fait la leçon: Vous n’avez pas le droit… Dans ces cas là je dois confesser que je monte en pression en un quart de seconde. Je lui demande donc s’il fait partie de l’équipe du musée-a priori pas. Il se tourne pour aviser un gardien et me balancer. Je déteste. Bien fait si la broderie est ici et pas en Angleterre et si c’est Guillaume qui est monté sur le trône. Je ris. Apres avoir écouté le sympathique et passionné spécialiste de la tapisserie pendant… et c’était passionnant, un peu long sur la fin !!!!! , direction le Chateau de Falaise, ou sera installée la tapisserie du concours. Guillaume sur son cheval nous accueille, il fait tout gris et c’est sinistre. Oh comme c’est moche et ennuyeux. Ca me rappelle les pensum de certaines vacances où il fallait visiter et où ma mère se prenait pour Michelin lui même.!!! Et ici le mobilier -vitrine avec rien de dedans, un demi tesson et 3 photocopies de monnaies, et qui aurait pu servir dans une scène de Barbarella si les décors n’avaient pu être livrés à temps … Bref, je décroche, pouffe de tristesse devant des pauvres acteurs filmés déguisés dans les rôles de Mathilde et compagnie. Ce métier d’acteur est vraiment effroyable et je saute du coq à l’âne en disant que dans La belle Noiseuse que j’ai vu hier pour la première fois, Piccoli n’échappe pas au ridicule du film de Rivette. Bon. Puis au Tremblay . Soirée drôle et inspection de la fontaine. Temps pourri . Découverte sur Instagram de MM, personne au ridicule absolu, au snobisme suffocant . Ca me fait rire car elle est si stupide et imbue de sa personne: Le luxe pauvre, un objet pourri de beauté et des mots anglais ici et là. dans ma collection Installation, il y a aussi Del Papo je crois, le tailleur du sentier à mourir de rire, et Josiane Pichon( pas certain mais on s’en fiche complètement ) je crois et sa danse de forêt. Bien sûr on est loin des post toujours interessants de Eric de Chassey ou de musées mais ca me fait trop rire. récréation mérités parfois. Donc pourri de beauté entre dans notre vocabulaire commun à Lili et moi.

Bref pour en finir avec la tapisserie, rendu le 17 et RV le 26 juin, paf en plein dedans? Je devais aller aux Arcs Draguignan chercher R. Changement de billet de train, de date de départ..; GRR .

Cette semaine encore atelier, banque, visite autre atelier etc… Prix Matsutani , réunion pour présélection, peinture .

Pilates Jeudi.

Le portrait qui agonise

Avant que tout ne s’efface/ On tenait le portrait à 3. Sous le verre c’était l’image de ma mère agonisante. Un portrait photographique en assez gros plan qui s’arrêtait aux épaules. Donc nous avons attendu sans qu’il y ait vraiment une tension dramatique. Nous? Je ne sais pas qui sont les deux autres personnes. A un moment j’ai tenu le cadre par derrière et il y a eu un déclic semblable à celui d’une boite que l’on ferme. Un couvercle. Elle était morte et je suis allée vérifier la photo. Les yeux étaient fermés. Fallait-il les ouvrir à nouveau?. Puis il y aurait les derniers moments de mon père. Photo qui expire de la même manière. Ne me sentais pas d’attaque pour une réédition de ce moment macabre. Me suis dit que je n’avais pas envie de porter ce cadre lourd pendant un temps qu’on ne pouvait prévoir. Des trombes d’eau.Un village. Demander mon chemin pour aller vers Amiens. Un cinema . Une foule. Y entrer ou pas. On me dit que ce n’est pas un film que l’on voit mais des sortes d’attractions. Bref..

La grande vallée est un livre que j’adore. Je ne sais pas où je l’ai trouvé à la maison. Je ne pense pas l’avoir déjà lu. J’en suis au Poney-rouge, la dernière nouvelle. La caille blanche est splendide et la fin inattendue. Celle de l’Idiot capable d’imiter les voix de tout un village incroyable. On marche dans la montagne, on sent la fraicheur du vent, les cailles picorent avec les poules, les oeufs et le lard cuisent, on va chercher du bois, il y a des ravins et de l’eau fraiche, des chevaux au loin et une selle rouge. Des salopettes de travailleur et un vieil homme porte avec lui une épée. Autre lame, celle du couteau à cran d’arrêt de ce grand garçon paresseux. Des fleurs dans un bassin où les oiseaux viennent boire, les plus beaux chrysanthèmes de la région, un fouet et un melon qu’on écrase du pied, des grenouilles et des insectes dans un seau, un oiseau dont on coupe la tête, des travailleurs.. Des ranch, Salinas, Monterey, la montagne , la montagne, un lynchage… Comme à chaque fois que j’écris je m’égare un peu et à l’instant vient de regarder ( mais il me semble que je connaissais ce travail de Ken Gonzales-Day, effacement des corps/Dead at the hands of persons unknown) au BAL peut-être.

Nous sommes rentrés de Tours Samedi et Dimanche j’ai vu avec J, M, et E l’exposition: L’invention de la Renaissance. Beaucoup d’enluminures et de gravures. ( Antonio Del Pollaiolo, Francesco Rosselli,). Très peu de monde car WE ascension. J’ai ensuite filé pour passer un petit moment chez P et A ( son anniversaire improvisé) . La semaine a repris, et je dirais, mon train train peinture . Osciller entre très grand et très petit . Au lieu de ” faire ce que j’ai à faire ” je peins et néglige d’autres choses qui m’ennuient. Labo Mardi matin -pluie , je ne trouve pas la sortie de la Gare de Lyon, ni l’entrée du labo par le parking boulevard Diderot; Dans ces cas là et avec la fatigue j’ai envie de pleurer. Manger avec plaisir un soupe au poulet croustillant rue Mazarine avant un RV étudiant au BA , une réunion aux collections, un autre RV dans un atelier. et , angoisse rentrer m’allonger 30 mn avant le diner des amis au Centre Pompidou ( je m’y traine à vrai dire sans entrain , suis crevée.) , passage au MAM pour la salle Pommereule et diner chez DH avec DP, CM, JH , A et R qui à son habitude écoute plus qu’il ne parle. J’ai sommeil . Toujours délicat de trouver le moment de clôture d’un diner. Bref youpi nous voici dans un taxi et vite dans le lit. Deux soirées dans la semaine c’est trop pour moi qui ne rêve que de m’asseoir dans la cuisine avec R, diner en bavardant et me coucher tôt. Cours de Pilates Jeudi ( il y a un cours à Argenteuil à 10 mn de l’atelier et la fille est bien ) Pas de monde . Je vais essayer de m’y tenir ( Mardi et Jeudi ) en gardant le Qi gong de maitre Liu. Expo ” Qui a peur de Bettencourt” chez Christophe, bavarder ici et là, et retour maison pour de délicieuses gambas. Aujourd’hui et demain je dois absolument travailler ( pas envie ) et préparer le Prix Matsutani, la notice pour OVNI, répondre à Caen, travailler pour le RV à Bayeux Mardi.

Revu l’atelier et prix RV avec un couvreur.

Hop il est 8h53.

Retour en haut